La chronique de l'actualité

Le retour du magicien Mario Draghi

le 22/01/2016

Philippe Mudry

Mario Draghi a enfilé une fois de plus son costume de magicien pour redonner le moral aux investisseurs.

Quoiqu’ayant maintenu stables les taux d’intérêt, le président de la BCE a clairement annoncé un nouvel assouplissement monétaire, à prévoir pour mars prochain.

C’était la déclaration qu’attendaient les milieux financiers, tourneboulés par le renforcement de la tempête qui souffle sur les marchés.

Les Bourses ont remonté et les taux se sont détendus partout après son discours, plus accommodant qu’attendu.

L’euro a aussi réagi en baissant de près de 1 centime contre le dollar.

Sur le fond, la position du banquier central se justifie aisément.

Depuis que la BCE a pris ses dernières mesures d’assouplissement en décembre, le pétrole a perdu 40% et la Chine a adressé des signaux économiques de plus en plus préoccupants.

Ces phénomènes sont d’ampleur suffisante pour laisser prévoir une inflation très basse sinon négative dans le proche avenir.

Dès lors, un nouvel stimulus monétaire pourrait lui redonner du tonus et la ramener vers sa cible de moyen terme d’environ 2%.

Mario Draghi tiendra, pour se décider, le plus grand compte des anticipations d’inflation telles qu’elles ressortent des indicateurs de marché.

S’ils signalent un renforcement des attentes de baisse des prix, il agira d’autant plus fort, pour casser toute spirale déflationniste naissante.

Ses outils disponibles seront les mêmes qu’en décembre: -

  • la baisse du taux de la facilité de dépôts que les banques font chez elle, déjà largement négatifs ;
  • et un nouveau renforcement du programme de rachats d’actifs européens, soit dans son montant soit dans sa durée.

Sans oublier une pression verbale sur l’euro, plus discrète mais bien réelle.

A lire aussi