Les actionnaires historiques de Yomoni alimentent un nouveau tour de table

le 10/09/2020 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La fintech boucle une levée de 8,7 millions d’euros auprès de ses investisseurs historiques. De quoi financer son arrivée sur le PER, programmée pour la fin d’année. 

Les actionnaires historiques de Yomoni alimentent un nouveau tour de table
Sébastien d’Ornano, fondateur et président de la fintech Yomoni.

La société de gestion Yomoni, a annoncé ce jeudi 10 septembre sa troisième levée de fonds depuis ses débuts en 2015. Une nouvelle fois, ce sont ses actionnaires historiques Weber Investissements et Crédit Mutuel Arkea qui investissent dans le capital. Une récurrence que Sébastien d’Ornano, fondateur et président de la fintech, justifie par le besoin de boucler ce nouveau tour de table rapidement pour soutenir la croissance de la société. «Des investisseurs externes seront pertinents s'il y a un projet industriel qui nous permet d'aller encore plus vite», a-t-il expliqué à L’Agefi. 

Le dirigeant confiait déjà en juin avoir absorbé un afflux record de clients pendant le confinement :  «Par rapport à la même période l’an dernier, les collectes sont supérieures de 150% et le nombre de nouveaux clients, de 100%», déclarait-il alors.

Un PER, de la data… et bientôt de l’ESG

Trois projets devraient bénéficier de cet afflux d’argent frais. Au premier rang, le PER, quasi finalisé et qui devrait être annoncé courant octobre. Un renforcement des équipes, pour soutenir la croissance de la fintech, est également prévu. Mais c’est surtout sur la data que la société souhaite mettre l’accent. «Nous disposons maintenant de cinq ans de données. Nous voulons davantage les exploiter pour mieux identifier les signaux forts et faibles des prospects», a annoncé Sébastien d’Ornano. Des analystes et data scientists devraient venir renforcer les équipes. 

Les mandats déjà commercialisés (assurances vie, compte titres et PEA) devraient connaître quelques évolutions pour permettre plus de personnalisation. Dans cet objectif, une offre centrée sur l’ESG devrait voir le jour. Par ailleurs, la réflexion serait engagée sur une application mobile, alors que la société préférait jusque-là concentrer ses efforts sur les versions «responsive» de son site internet.  

Depuis sa création, la fintech aura levé plus de 20 millions d’euros. La société a indiqué que le management s’est renforcé au capital à l’occasion de ce troisième tour de table, sans communiquer la nouvelle répartition. Son objectif d’atteindre le milliard d'euros d’encours sous gestion ne change pas. «D’ici 2022», précise Sébastien d’Ornano, qui espérait plutôt arriver à ce montant en 2020.  Ils s’élèvent pour l’instant à 250 millions d’euros. 

A lire aussi