Le gouvernement dévoilera son plan de relance économique le 3 septembre

le 26/08/2020 L'AGEFI Quotidien / Edition de 14H

impôt en France
(Crédit Fotolia.)

Le Premier ministre a annoncé mercredi sur France Inter que le plan de relance de l’économie française, d’un montant de 100 milliards d’euros, serait présenté officiellement le 3 septembre. Jean Castex a précisé que ce plan est «bouclé», qu’il n’y aurait pas de hausse d’impôts, et que la revalorisation de l'allocation de rentrée scolaire de 100 euros s'est faite «en anticipation» de cette présentation. Le gouvernement avait annoncé le week-end dernier le report de la présentation de ce plan, initialement prévue pour cette semaine, afin de se concentrer sur les questions sanitaires à l’approche de la rentrée dans les classes et les entreprises.

«Le pire de tout c'est que l'on s'enfonce parce que l'on ne reprend pas l'activité dans une crise économique et sociale qui serait - les Français le sentent bien - beaucoup plus dangereuse que la crise sanitaire», a souligné Jean Castex. Le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, a confirmé lundi la prévision du gouvernement d'une contraction du PIB de -11% cette année, alors que l'Insee table sur -9%.

Par ailleurs, dans le cadre du plan de relance, le Premier ministre a annoncé une aide exceptionnelle de 2 milliards d'euros pour le secteur culturel, dont il rencontrera jeudi des représentants avec la ministre de la Culture Roselyne Bachelot, et qui reste particulièrement touché par les restrictions sanitaires.

En Allemagne, les partis de la coalition gouvernementale sont convenus mardi soir de prolonger les mesures destinées à compenser l'impact économique de la crise liée au coronavirus, dont l'aide au chômage partiel et le gel des règles d'insolvabilité. Parmi les principales décisions, l'extension jusqu'à fin 2021 de l'aide pour les contrats de travail à temps réduit qui devait prendre fin en mars prochain, et l'extension jusqu'à la fin de l'année des subventions pour les PME.

Le ministre allemand des Finances, Olaf Scholz, a estimé le coût supplémentaire de ces mesures à 10 milliards d'euros en 2021.

Sur le même sujet

A lire aussi