Les gérants misent sur la poursuite du rebond des actions

le 06/07/2020 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Elles pèsent désormais 45% des portefeuilles, contre 41% début avril. Signe de prudence : le «cash» se maintient à 6%.

Le renforcement en actions s’est fait au détriment de l’obligataire.
Le renforcement en actions s'est fait au détriment de l'obligataire.
(Adobe stock)

Lentement mais sûrement, le Panel Allocation se renforce en actions. La poursuite de la remontée des bourses le conforte dans cette voie. Les gestions consacrent désormais 45% (+1 point en un mois) de leur portefeuille aux actions, contre 41% début avril. Soit un retour sur les niveaux de fin 2019. La majorité des panélistes a conservé sa position inchangée. Un quart s'est renforcé légèrement, avec Crédit Mutuel AM (+5 points à 50%), et 20% se sont allégés, dont CPR AM (-10 points à 35%) et Russell (-5 points à 47%).

«Le marché actions est fortement soutenu par les interventions des banques centrales, ce qui nous incite à adopter une position autour de la neutralité, note Aviva Investors France. Même si nous restons prudents à court terme au regard de la situation économique, nous constatons que les nombreuses et massives interventions des banquiers centraux et des gouvernements offrent un soutien aux marchés actions.» Les marchés devraient toutefois rester volatils, prévient Aviva.

«L’envolée des actions devrait se poursuivre, avec quelques revers temporaires», ajoute Nordea AM, anticipant une surperformance des actions de croissance et de qualité par rapport aux actions «value» et cycliques. En outre, Nordea AM mise sur deux thématiques, le rebond de l’économie chinoise et l’investissement axé sur les critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG). «A moyen terme, nous n’avons pas de réelle préférence entre les principaux marchés, à savoir actions américaines et européennes, écrit Ofi AM. Le style 'value' peut connaître une phase ponctuelle de rattrapage dans la reprise économique actuelle et il est très en retard. Mais, à long terme, le contexte de faible croissance économique et de taux d’intérêt très bas favorise les valeurs de 'croissance'.»

Ce renforcement en actions s'est fait au détriment de l'obligataire (-1 point à 43%), qui se maintient dans le couloir des 43%-44% depuis le début de la crise, contre 41% en début d'année. Les mouvements ont été équilibrés, six à la baisse, dont Ofi AM (-10 points à 30%), Amundi (-5 points à 57%), Crédit Mutuel AM (-5 points à 40%) et Nordea (-5 points à 20%) ; et six à la hausse, dont Russell (+6 points à 51%), UBP (+6 points à 30%) et BFT (+5 points à 60%).

Signe de prudence, la part de cash se maintient à 6%, soutenue néanmoins par CPR (+10 points à 10%) et OFI AM (+10 points à 10%). Du côté des actifs alternatifs, seul mouvement marquant, Nordea se renforce encore (+5 points à 30%).

Sur le même sujet

A lire aussi