La France prévoit d’émettre 205 milliards d’euros de dettes en 2020

le 27/09/2019 L'AGEFI Quotidien / Edition de 14H

La France prévoit d’émettre 205 milliards d’euros de dettes en 2020
(Photo Pierre Chiquelin.)

Suite au projet de loi de finances (PLF) 2020 adopté ce matin en Conseil des ministres, l’Agence France Trésor (AFT) a annoncé le montant de son programme d’émissions de titres d’État à moyen et long terme, à hauteur de 205 milliards d’euros net de rachats pour 2020, contre 200 milliards en 2019. Les détails du programme seront communiqués en décembre. Le plafond de la variation nette, appréciée en fin d’année et en valeur nominale, de la dette négociable de l’État d’une durée supérieure à un an est fixé à 74,5 milliards.

Le besoin prévisionnel de l’Etat atteindra 230,5 milliards d'euros, du fait principalement d’un déficit budgétaire de 93,1 milliards et de 136,4 milliards d'amortissement de dette à moyen et long terme venant à échéance en 2020. La reprise partielle de la dette de SNCF Réseau alourdira par ailleurs de 1,8 milliard les amortissements de dette à financer par l’État en 2020. Ce besoin sera également financé par 10 milliards de hausse de l’encours des titres d’État à court terme (BTF) et l’augmentation des dépôts des correspondants du Trésor, pour 6,4 milliards, en lien avec les abondements du Fonds pour l’innovation. D'autres ressources diverses viendront en complément comme la gestion des participations de l’État consacrée au désendettement (2 milliards), la mobilisation de la trésorerie de l’État (3,6 milliards), ou encore les gains tirés d’une hypothèse de primes nettes des décotes à l’émission de 3 milliards d’euros.

La charge budgétaire de la dette est prévue à 38,6 milliards (contre 40,4 milliards prévus en 2019 et même 42,1 initialement), dont 0,4 milliard de charges d’intérêt sur la dette partiellement reprise de SNCF Réseau.

L’AFT a profité de sa présentation pour refaire le point sur 2019 : la France a bénéficié de conditions de financement historiquement basses dans un contexte inédit sur les marchés de dette souveraine en zone euro. Le taux moyen pondéré sur les émissions de dette d’État à moyen et long terme ressort à 0,17%, à comparer à un taux de 0,53% en 2018 et une moyenne de 2,17 % sur la période 2009-2014. En outre, le déficit à financer pour 2019 est révisé à la baisse à 96,3 milliards d'euros, contre 107,7 milliards prévu dans la loi de finance initiale (LFI) 2019 votée en décembre 2018. L’encours des titres d’État à court terme (BTF) augmente de 4 milliards d’euros contre une hausse de 15 milliards d’euros envisagée en LFI 2019, tout en se maintenant à un niveau historiquement faible.

Sur le même sujet

A lire aussi