La Fed devrait préparer le terrain à une baisse des taux

le 18/06/2019 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Les marchés anticipent un statu quo ce mercredi, et plutôt une baisse de 25 points de base des taux des Fed funds en juillet.

Le comité de politique monétaire (FOMC) de la Fed
Le comité de politique monétaire (FOMC) de la Fed se tient les 18 et 19 juin 2019.
(Photo Fed.)

Le comité de politique monétaire (FOMC) de la Fed, qui se réunit mardi et mercredi, ne devrait pas toucher à son taux directeur mais pourrait préparer le terrain pour plus tard. Les marchés évaluent entre 10% et 30% les probabilités pour qu’elle réduise dès cette semaine de 25 points de base (pb) la fourchette actuelle sur le taux des Fed funds (2,25-2,50%), mais beaucoup plus probablement (80-90%) une telle réduction en juillet. «Nous n’en prévoyons pas en juin, mais si les risques baissiers pour l’économie augmentent, une réduction de 50 pb en juillet est possible. Beaucoup de choses ont changé depuis le mois dernier», écrit Tiffany Wilding, économiste US chez Pimco, évoquant une marge de manœuvre plus réduite que pour d’autres banques centrales qui acceptent des taux négatifs.

Des indicateurs économiques
honorables

Si les responsables de la Fed se sont relayés pour rappeler sa capacité à ajuster sa politique monétaire, «il faudrait que les tensions commerciales se détériorent vraiment pour qu’elle baisse autant ses taux en juillet, estime Vincent Juvyns, stratégiste chez JPMorgan AM. La plupart des indicateurs économiques restent honorables avec une révision du PIB attendue en légère hausse pour le deuxième semestre».

Cette réunion sera, comme quatre fois par an, l’occasion de publier les prévisions des 17 membres du FOMC, lesquelles devraient montrer comment ces derniers prennent en compte l’effet de la montée des tensions commerciales sur l’économie. Sachant qu’un débat est apparu, depuis quelques mois, sur la pertinence de publier ces «dot plots» en même temps que la communication mensuelle de la Fed, qui se voit ainsi parfois brouillée… Récemment, des universitaires missionnés par Richard Clarida, vice-président en charge de la sous-commission sur la communication du FOMC, ont recommandé de rendre public plus rapidement le contexte entourant les «dots» (les minutes), et non trois semaines plus tard.

«Il est vrai que l’outil de forward guidance ne fonctionne plus très bien, avec le sentiment que la Fed se nourrit des marchés et non plus l’inverse… Elle va devoir ménager sa communication, en s’appuyant sur les données macro, montrer qu’elle reprend la main sans accroître l’écart d’interprétation avec des marchés un peu alarmistes», conclut Vincent Juvyns, rappelant que la baisse des taux anticipée via l’écart entre les swaps à 3 et 18 mois est l’une des pires depuis trente-cinq ans.

Sur le même sujet

A lire aussi