Les promesses de dons affluent pour Notre-Dame

le 16/04/2019 L'AGEFI Quotidien / Edition de 14H

Les promesses de dons affluent pour Notre-Dame
(rea)

La mobilisation s’étend au lendemain de l’incendie qui a dévasté la cathédrale Notre-Dame de Paris. Après les annonces dès lundi soir de l’ouverture par la Fondation du patrimoine d'une collecte et du lancement d'une souscription nationale pour la reconstruction de l’édifice, les promesses de dons affluent.

Bernard Arnault et sa société LVMH ont annoncé vouloir débloquer 200 millions d'euros. L'industriel François Pinault et son fils François-Henri (groupe Kering) avaient annoncé auparavant allouer 100 millions. Marc Ladreit de Lacharrière (Fimalac) apportera 10 millions d’euros. Capgemini a promis 1 million d’euros tout comme le Crédit Agricole d’Ile-de-France. L’Association française des entreprises privées (Afep) a lancé un appel à souscription auprès de ses 110 entreprises adhérentes, tout comme le Medef et la CPME. Total a promis de donner 100 millions d'euros.

La CDC et Groupama offrent des chênes

Outre ces aides financières, plusieurs acteurs ont proposé des dons en nature afin de reconstruire la charpente dévastée. « La Caisse des dépôts offrira des chênes issus de ses forêts gérées par la Société forestière nécessaires à la reconstruction de la charpente de la cathédrale », a ainsi annoncé son directeur Eric Lombard sur Twitter mardi matin. Groupama va offrir « les 1.300 chênes centenaires nécessaires à la reconstruction de la charpente de Notre-Dame de Paris ». « Pour respecter le travail des Compagnons de l'époque, ces chênes seront prélevés dans ses forêts normandes », ajoute l'assureur.

De son côté, Vinci a lancé un appel à une union du secteur français du BTP dans le cadre d'un mécenat de compétence pour travailler sur la reconstruction de la cathédrale. « Cette opération de mécénat de compétence, menée par une profession tout entière, pourrait s'organiser sous l'égide de la Fondation du patrimoine et permettrait d'engager la reconstruction dans les plus brefs délais, afin que Paris retrouve sa cathédrale », explique Vinci. Le groupe prévoit d'apporter une partie du financement du futur chantier dans le cadre de la souscription nationale prévue et proposera à ses salariés de s'associer au projet.

La région Ile-de-France débloquera 10 millions d'euros d'aide d'urgence pour aider l'archevêché à lancer les premiers travaux de reconstruction de la cathédrale. La mairie de Paris propose pour sa part 50 millions d'euros.

Mobilisation internationale

L'élan de solidarité est mondial. Le président du Conseil européen, Donald Tusk, a annoncé mardi que la Commission européenne appuierait les efforts de reconstruction. La French Heritage Society, organisation installée à New York qui se consacre à la préservation des trésors architecturaux et culturels français, a elle aussi lancé une page Web pour collecter des fonds. Henry Kravis et sa femme débourseront 10 millions de dollars, a annoncé le fonds américain KKR.

La présidente de la Ligue de football professionnel (LFP) Nathalie Boy de la Tour a également promis mardi que le football français allait « se mobiliser pour pouvoir aider financièrement à la reconstruction » de Notre-Dame.

Sur le même sujet

A lire aussi