Candriam tire son épingle du jeu grâce à l’international

le 18/03/2019 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La collecte nette du gérant d’actifs a atteint 7,7 milliards d’euros en 2018 grâce à l’expansion de son réseau de distribution à l’international.

Candriam tire son épingle du jeu grâce à l’international
Candriam a gagné l’an dernier en France deux mandats, du FRR et de la Carcdsf, de respectivement 600 et 250 millions d’euros.
(Fotolia)

Candriam continue sur sa lancée. La filiale de New York Life Investment Management International a fait état lundi d’une collecte nette à 7,7 milliards d’euros en 2018, en hausse de 8,5% par rapport à l’année précédente, tandis que ses actifs sous gestion ont atteint 114,9 milliards d’euros fin 2018. Cette croissance est «le fruit de l’expansion du réseau de distribution de Candriam», avec la conquête de nouveaux clients en Asie, notamment au Japon, et en Amérique latine, explique le groupe dans un communiqué. En Europe, le gérant d’actifs a aussi remporté des appels d’offres en France, en Belgique, en Italie et aux Pays-Bas. En 2018, il a ainsi gagné en France un mandat de 600 millions d’euros auprès du fonds de réserve des retraites (FRR) pour des actions indicielles décarbonées et un autre de 250 millions d’euros en obligations total return bond pour la Carcdsf (Retraite des chirurgiens dentistes et des sages-femmes). «Nous avons gagné 8% de nouveaux clients l’année passée », précise à l’Agefi Naïm Abou-Jaoudé, directeur général de Candriam.

Dans le détail, la collecte sur les stratégies obligataires s’est élevée à 4,4 milliards d’euros, notamment sur les obligations émergentes et sur les convertibles. Les stratégies actions ont, de leur côté, contribué pour 3 milliards d’euros à la collecte globale, avec en tête le secteur des biotechnologies. La gamme dédiée aux allocations d’actifs a, elle, collecté 1,6 milliard d’euros. «Nous avons perdu un milliard sur les stratégies long-short credit et 300 millions dans le monétaire», ajoute Naïm Abou-Jaoudé.

La croissance externe a aussi été au cœur des performances de l’ex-Dexia AM. Le spécialiste de l’immobilier européen, Tristan Capital Partners, dont Candriam a acquis 40% il y a un an, a réalisé deux levées de fonds de 1,6 milliard d’euros chacune en 2018. Le premier fonds CCP5 a clôturé en septembre dernier, tandis que le second, Episo 5, doit clôturer en mars. «Notre objectif était de lever 1,2 milliard mais nous avons eu plus de demande que d’offre», souligne Naïm Abou-Jaoudé. Le gérant entend aussi développer les produits convertibles en Hollande avec son partenaire ABN Amro et vise 500 millions d’euros d’ici fin 2019 sur la stratégie risk arbitrage qu’il mène avec OFI AM depuis septembre. Toujours à l’affût de nouvelles acquisitions, Naïm Abou-Jaoudé explique «regarder le marché de très près», en particulier dans les actifs illiquides, comme le private equity, la dette privée ou les infrastructures.

Sur le même sujet

A lire aussi