La Caisse des dépôts positionne sa gestion comme un métier à part entière

le 04/03/2019 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La réorganisation en cinq unités métiers a permis de clarifier le rôle de chacune également vis-à-vis de l’extérieur.

Caisse des Dépôts (CDC)
La gestion d’actifs de la Caisse des dépôts affichait un encours de 154 milliards au 31 décembre.
(DR.)

La gestion d’actifs de la Caisse des dépôts (CDC) se satisfait de la réorganisation en cinq métiers* opérée en 2018 à la demande du directeur général, Eric Lombard. «Elle a permis de clarifier notre rôle comme celui des autres métiers également vis-à-vis de l’extérieur, précise Olivier Mareuse, directeur des fonds d’épargne et de la gestion d'actifs. La réorganisation opérée en 2017 avec la réunion des deux équipes de gestion au sein d’un ‘département des placements financiers’ avait déjà permis d’améliorer la visibilité et la cohérence.» Avec 154 milliards d’actifs sous gestion au 31 décembre (64 milliards pour la section générale, 90 milliards pour le fonds d’épargne), cette unité devrait être l’une des principales contributrices au résultat global, le 11 avril.

Tester de nouvelles techniques de gestion

La mutualisation avait concerné toutes les expertises : taux (111,7 milliards d’encours, dont 75,5 pour les fonds d’épargne, avec 37 milliards en obligations indexées sur inflation), actions (33,4 milliards d’encours, dont 20 milliards pour la section générale), immobilier-forêts (5,5 milliards pour la section générale), non-coté (3,9 milliards). «Pour les actions large caps Europe, cela nous a permis de regrouper les neuf gérants-analystes chargés de nos 120 lignes, chacun avec une expertise sectorielle et la charge de l’analyse financière et extra-financière, puisque toutes nos gestions sont ISR et dans une logique à long terme, rappelle Joël Prohin, directeur de la gestion des portefeuilles. A effectifs constants, cela a dégagé des ressources pour développer la gestion quantitative, notamment dans le cadre de la norme IFRS 9 afin de gérer les actions hors Europe en direct, et non plus via des fonds, et de bénéficier d’un traitement comptable privilégié qui nous exonère de la volatilité des marchés sous-jacents.» Laurent Deborde, responsable des programmes innovation & développement, teste ainsi de nouvelles techniques de gestion.

L’unité chapeaute également les trois filiales de gestion de la CDC : CDC Entreprises Valeurs Moyennes (2,2 milliards d’encours sur les small et midcaps), Société forestière (2 milliards d’encours, dont 1,6 pour la CNP et des investisseurs tiers), CDC GPI (plus 6 milliards d’encours) pour la gestion immobilière de placement (bureaux et logements non sociaux) indépendamment de CDC Habitat et Icade.

*Banque des territoires (BDT), Financement des entreprises (Bpifrance), Gestion d’actifs (GDA), Retraites, Filiales et participations stratégiques.

Sur le même sujet

A lire aussi