Candriam mise sur l’intelligence artificielle avec IBM

le 29/01/2019 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le gérant signe un partenariat pour la mise en place d’un programme d’automatisation de ses tâches administratives.

Robot-intelligence artificielle pour l’automatisation de tâches administratives
Une seconde vague d’automatisation prévoit de coupler aux robots logiciels de l’intelligence artificielle et du «machine learning».
(AdobeStock)

Plongée dans le futur chez Candriam. Le gestionnaire d’actifs annonce ce mardi la signature d’un partenariat avec IBM pour mettre en place un programme d’automatisation de ses processus par la robotique (RPA) d’ici à la fin du premier trimestre 2019. La filiale New York Life Investments est passée de 67 milliards d’euros à 121 milliards d’euros d’actifs sous gestion de 2013 à 2018. «Nous avons connu une croissance forte dans toutes les classes d’actifs que nous gérons. La digitalisation doit nous permettre de répondre à cette croissance et aux sollicitations de nos clients», explique à L’Agefi Pierre Ernst, directeur des opérations chez Candriam.

IBM, qui gère depuis cinq ans toute l’infrastructure informatique de Candriam, va d’abord aider la société à mettre en œuvre cette robotisation au sein du domaine conformité, du fonctionnement du back-office et de la gestion des données. «En modélisant et en automatisant les tâches manuelles récurrentes et à faible valeur ajoutée, l’idée n’est pas de réduire les effectifs mais d’augmenter l’efficience opérationnelle des équipes», souligne Pierre Ernst.

Suivi automatisé des entreprises

Ce programme permettra, par exemple, au gestionnaire d’actifs d’accroître son portefeuille d’investissement socialement responsable (ISR). «Un algorithme pourra surveiller en permanence les sites des entreprises, récupérer les propositions de résolutions aux assemblées générales. Il préparera un e-mail à l’aide d’un chatbot interne pour transmettre l’information à un analyste puis réintégrera la réponse dans le processus», détaille Pierre Ernst. Ce robot-logiciel offrirait la possibilité à Candriam de suivre 1.500 à 2.000 entreprises dans sa gestion ISR, au lieu de 1.000 actuellement, sans recruter de salariés supplémentaires.

Robots et «machine learning»

A terme, une seconde vague d’automatisation courant 2019 prévoit de coupler aux robots logiciels, hébergés dans le cloud d’IBM, de l’intelligence artificielle et du machine learning. «Nous pourrons faire de l’optimisation d’analyse financière dans la partie gestion, du marketing prédictif et travailler avec les équipes de gestion des risques sur une série de scénarios», anticipe Pierre Ernst. La robotisation s’appliquera à l'ensemble des activités de Candriam en France, au Luxembourg et en Belgique. «Nous sommes persuadés que la transformation digitale est la troisième vague majeure qui touche la gestion d’actifs depuis vingt ans», affirme Pierre Ernst.

Sur le même sujet

A lire aussi