Rothschild & Co solde son activité de trusts

le 25/10/2018 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La banque franco-britannique vend son pôle de gestion fiduciaire à l’un de ses dirigeants, après des manquements aux règles suisses antiblanchiment.

drapeau suisse
Rothschild Trust opérait en Suisse, mais aussi à Guernesey, Singapour ou aux Etats-Unis.
(© Fotolia)

Clap de fin pour l’activité de trust de Rothschild & Co. La banque de David de Rothschild a annoncé hier la cession de ses activités fiduciaires à Richard Martin, qui était jusqu’à récemment responsable de la gestion de fortune et membre du comité exécutif du groupe.

L’opération intervient quelques mois après les réprimandes adressées à l’entité zurichoise du groupe et à sa filiale Rothschild Trust par le régulateur suisse. La Finma a annoncé cet été que toutes deux «ont gravement enfreint les prescriptions suisses en matière de blanchiment d’argent» et que «ces manquements sont intervenus dans le cadre de relations d’affaires et de transactions liées au cas de corruption présumée touchant le fonds souverain malaisien 1MDB».

Interrogé par L’Agefi, Rothschild & Co ne se prononce pas sur un lien avec le scandale 1MDB qui a éclaboussé plusieurs fleurons de la finance suisse. «A la suite d'une revue stratégique de notre activité de [gestion de] fortune privée, nous avons décidé de nous concentrer sur la croissance de nos opérations de gestion de fortune, déclare simplement dans un communiqué Alexandre de Rothschild, président exécutif de la banque depuis quelques mois. Dans un environnement changeant, nous pensons que l'activité fiduciaire peut être menée avec plus de succès dans une structure indépendante.»

Face aux mises en cause récurrentes du secret bancaire des places offshore et à l’heure où la Suisse s’ouvre à l’échange d’informations fiscales, les trusts font figure de moutons noirs. Créées au nom de l’optimisation patrimoniale et de la protection des avoirs des clients (qui sont transférés à des bénéficiaires), ces sociétés écran peuvent aussi servir à contourner le fisc et la loi.

Rothschild & Co ne donne pas de détails financiers sur la cession de son activité fiduciaire, qui s’appuie sur «le soutien financier d’un investisseur expérimenté» et une «équipe de management senior de Rothschild Trust» qui rejoint l’entité scindée. Celle-ci adoptera une nouvelle marque en novembre et le bouclage de l’opération est prévu au premier trimestre 2019.

Rothschild Trust opérait en Suisse, mais aussi à Guernesey, Singapour ou aux Etats-Unis, indique le rapport annuel du groupe. Il employait environ 160 personnes et générait 40 millions d’euros de revenus annuels, selon Bloomberg. En 2017, la banque privée et la gestion d’actifs de Rothschild & Co ont totalisé 514 millions d’euros de revenus. La gestion privée et la fiducie géraient 21,5 milliards d’euros au 31 décembre.

Sur le même sujet

A lire aussi