Pékin ouvre la porte à des prises de contrôle étrangères dans l’automobile

le 12/10/2018 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

BMW prévoit de débourser 3,6 milliards d’euros pour relever à 75% sa part dans sa coentreprise locale.

L’assouplissement de la réglementation chinoise sur les coentreprises du secteur automobile devrait favoriser les opérations de M&A initiées par des groupes étrangers. Pour les véhicules électriques, la levée de l’obligation de restreindre à 50% les participations étrangères, effective depuis...

Cet article est réservé exclusivement aux abonnés de L’AGEFI Quotidien

Sur le même sujet

A lire aussi