La BCE fait baisser les rendements et l’euro

le 14/06/2018 L'AGEFI Quotidien / Edition de 18H

La banque centrale européenne
(Bloomberg)

Les marchés ont entendu le message de la Banque centrale européenne indiquant qu'elle achèvera comme prévu son programme d'achats nets d'actifs fin 2018 mais que ses taux directeurs resteront inchangés au moins jusqu'à l'été 2019. Le discours de Mario Draghi, le président de la BCE, a fait tomber l'euro à 1,1635 dollar, alors qu'il avait atteint 1,1852 dollar en fin de matinée, son niveau le plus élevé depuis un mois.

Les rendements obligataires cédaient également du terrain en zone euro. Le taux du Bund allemand à dix ans a cédé 5,8 points de base à 0,42%. Celui de l'OAT française de même échéance reculait de 7,8 pb à 0,757%, tandis que le rendement du BTP italien à dix ans, qui a fortement augmenté ces derniers temps dans un climat politique tendu de l'autre côté des Alpes, refluait de 5 pb à 2,734%.

Les marchés d'actions européens se sont retournés et ont fini dans le vert. A Paris, le CAC 40 a gagné 1,39% à 5.528 points.

A l'issue de la réunion du conseil des gouverneurs, la BCE a indiqué qu'elle laissait son principal taux de refinancement à 0% et son taux de rémunération des dépôts à -0,40%, soit le niveau auquel ils se trouvent depuis mars 2016. Ces taux seront maintenus à leurs niveaux actuels au moins jusqu'à l'été 2019 et dans tous les cas, aussi longtemps que nécessaire pour «assurer une évolution de l'inflation conforme aux anticipations actuelles d'un ajustement durable». La prévision d'inflation a été «revue à la hausse de façon significative principalement en raison de prix du pétrole plus élevés», a précisé Mario Draghi. La BCE prévoit ainsi que la hausse des prix à la consommation accélère à 1,7% en 2018, contre 1,4% attendu dans ses précédentes estimations publiées en mars. L'institution a également relevé sa prévision pour 2019, de 1,4% à 1,7%, et maintenue inchangée sa projection pour 2020 à 1,7%.

Le programme de rachats d'actifs de la BCE se poursuivra au rythme de 30 milliards d'euros par mois jusqu'en septembre 2018, a confirmé la BCE, qui avait renoncé en mars à augmenter le volume mensuel de ce programme. «Si les données lui parvenant confirment ses perspectives d'inflation à moyen terme», les achats seront ensuite réduits à 15 milliards d'euros jusqu'à la fin décembre et cesseront à cette date, a précisé la BCE dans son communiqué.

Sur le même sujet

A lire aussi