Mark Carney douche les attentes d’une hausse des taux britanniques en mai

le 20/04/2018 L'AGEFI Quotidien / Edition de 14H

Mark Carney, gouverneur de la Banque d’Angleterre
(Bloomberg)

La probabilité accordée par les marchés monétaires britanniques de voir la Banque d’Angleterre (BoE) relever ses taux directeurs de 25 points de base (pb) supplémentaires à la prochaine réunion de son Conseil des gouverneurs (MPC) qui se tiendra le 10 mai prochain a chuté de 86% à 53% ce matin, en réaction aux propos prudents de son gouverneur Mark Carney hier soir sur la chaine BBC. L’introduction d’une incertitude sur l’issue de la prochaine décision de l’autorité britannique, alors qu’elle semblait jusqu’ici être certaine, s’est également traduite par une chute du rendement du Gilt britannique à 10 ans de 7 pb ce matin à un niveau de 1,48%, et de la livre sterling de 1,5% face au dollar et de 0,5% face à l’euro. La baisse des chiffres d’inflation et celle plus forte que prévue des ventes de détails publiés cette semaine avaient déjà jeté un froid sur les perspectives de resserrement monétaire au Royaume-Uni.

Si Mark Carney a indiqué hier soir que les Britanniques doivent se «préparer à des hausses des taux d'intérêt dans les prochaines années», il a néanmoins ajouté ne pas souhaiter «être trop focalisé sur la date précise, il s'agit davantage d'une trajectoire générale», rappelant et qu’il y aura d’autres réunions après celle du mois de mai. Compte tenu des données mitigées publiées récemment sur l’économie britannique et du facteur d’incertitude lié aux éventuelles conséquences du Brexit, le gouverneur de la BoE s’attend ainsi à «des divergences de vues» au sein du MPC, qui pourraient le faire basculer vers le statu quo en mai. Dans ce contexte, les marchés ne s’attendent plus qu’à une seule nouvelle hausse des taux directeurs britanniques d’ici la fin de l’année pour les porter à 0,75%, alors qu’ils en prévoyaient encore deux au début du mois d’avril.

Sur le même sujet

A lire aussi