Les marchés ignorent le risque de contagion d’un défaut de paiement du Venezuela

le 14/11/2017 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le pays a rencontré hier ses créanciers pour les convaincre d'accepter une renégociation de sa dette, à la veille d'une échéance de la société pétrolière PDVSA.

Le risque de contagion de la crise de la dette au Venezuela aux autres pays émergents semble limité. Le vice-président Tareck El Aissami, qui figure sur la liste noire de Washington à l’origine de l’embargo imposé au pays depuis août par les Etats-Unis, et même suivi depuis hier par l’Union...

Cet article est réservé exclusivement aux abonnés de L’AGEFI Quotidien

Sur le même sujet

A lire aussi