Les tensions géopolitiques sortent le marché de sa léthargie

le 10/08/2017 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La joute verbale entre les Etats-Unis et la Corée du Nord fait bondir une volatilité tombée à des plus bas historiques.

Donald Trump le président américain.
Les récents échanges entre le président américain Donald Trump et le régime nord-coréen ont fait bondir la volatilité.
(Photo UE EP.)

Dans un état de léthargie avancée, le marché est brusquement sorti de sa torpeur avec le regain de tension entre les Etats-Unis et la Corée du Nord. Avec sa «mesure habituelle», le président américain Donald Trump a promis à Pyongyang «du feu et de la fureur» tandis que le dictateur coréen Kim Jong Un a menacé de frapper le territoire de l’île de Guam, dans le Pacifique, une importante base militaire américaine. Ces invectives se sont traduites, hier, par un rebond de la volatilité. L’indice Vix (volatilité du S&P 500), s’est envolé à plus de 12 (+12%). En Europe le VStoxx (Euro Stoxx 50) a bondi de 12,8 à 15,20.

Depuis juillet, la volatilité sur le S&P 500 était revenue à des niveaux historiquement bas, autour de 10. Le VIX a même atteint un plancher inédit de 9,11 le 25 juillet. Malgré son rebond, l’indice de volatilité reste sous sa moyenne historique à 5 ans de 14,84. D’aucuns voient dans ces niveaux une complaisance des investisseurs malgré des valorisations élevées. L’inquiétude est d’autant plus partagée que cette léthargie ne s’arrête pas aux actions et concerne également les marchés obligataires et de changes. Ainsi l’indice MOVE de Bank of America ML (volatilité des bons du Trésor américain) a récemment atteint un plus bas historique de 46,9 tandis que l’indice JPMorgan de volatilité des devises du G7 évolue à 8, sous sa moyenne historique (10,7 à 10 ans).

Même si peu d’observateurs croient à une escalade, la brusque remontée de la volatilité traduit un regain d’aversion pour le risque dans un marché peu actif en cette période estivale. Avec pour conséquence une baisse généralisée des marchés actions. En Europe, l’indice Euro Stoxx 50 cède 1,5%. Aux Etats-Unis, le S&P 500 recule de 0,25% et le Nasdaq de 0,75%. Plus tôt, les marchés asiatiques avaient également souffert, la Bourse de Tokyo cédant 1,3% au plus bas depuis fin mai. A l’inverse les actifs refuges étaient recherchés, le rendement du Treasuries à 10 ans se détendant de 4 points de base (pb) à 2,22%, celui du Bund de même maturité de 5 pb à 0,42%. Les devises refuges ont aussi profité de cet accès de tension, le yen passant de 110,32 à 109,75 pour un dollar tandis que le franc suisse a enregistré sa plus forte hausse quotidienne en deux ans et demi de 1,145 à 1,13 franc pour un euro. Enfin, l’or a gagné 1% à 1.274 dollars l’once.

Sur le même sujet

A lire aussi