Vers une inflexion de la liquidité obligataire

le 30/05/2017 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Face à la multiplication attendue des périodes de volatilité, les investisseurs obligataires devront faire preuve de flexibilité.

Les débats sur l’efficacité des politiques non conventionnelles des banques centrales seront disséqués et étudiés ad nauseam par les économistes et les universitaires pendant de longues années. Mais dix ans après la crise financière, une chose est sûre : l’impact sur les prix des actifs financiers semble avoir été plus marqué que sur l’économie réelle, comme le montre le graphique ci-dessous.

Les valorisations des obligations d’entreprise, investment grade et à haut rendement ont rarement été aussi élevées depuis la crise financière. Une des conséquences de cette divergence entre actifs financiers et économie réelle, qui découle des politiques monétaires menées, a surtout enrichi les ménages les plus aisés largement investis en actions et autres produits financiers. Cette situation explique en partie la montée du populisme et le sentiment anti-mondialisation qui se diffuse dans la sphère politique.

Point d’inflexion de la liquidité

Désormais, ce sont les leviers budgétaires qui commencent à être activés et les banques centrales américaine et européenne sont en passe de réduire progressivement leurs achats d’actifs. En outre, dans la majorité des pays développés, l’inflation semble avoir atteint un creux, réduisant la capacité des banques centrales à poursuivre leur politique accommodante.

Nous sommes convaincus que la liquidité a atteint un point d’inflexion. Les banques centrales ont réussi à éliminer la volatilité et à encourager les investisseurs à s’exposer à des actifs plus risqués, mais ce succès sera remis en cause lorsqu’elles interrompront progressivement leurs politiques accommodantes et nous prévoyons des périodes de volatilité accrue.

Alors que la liquidité diminue, les marchés restent très complaisants. Selon nous, le coût d'opportunité lié au fait de ne pas être investi de manière agressive dans le cadre de portefeuilles obligataires n’a pas été aussi faible depuis plusieurs années. La flexibilité et la diversification seront les maîtres-mots lors de périodes de volatilité.

Attendez-vous à l’imprévu, puisque c’est cela qui détermine l’évolution des marchés, et positionnez votre portefeuille de manière à ce qu’il soit liquide et opportuniste – afin d’être en mesure d’exploiter les dislocations de marché et d’investir lorsque les valorisations le justifient.

Sur le même sujet

A lire aussi