Les marchés de taux tournent leurs yeux vers l’Italie et la BCE

le 10/05/2017 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Si le spread entre OAT-Bund s'est stabilisé à 40 pb avec la levée du risque politique français, les spreads périphériques sont repartis à la hausse.

Les marchés de taux tournent leurs yeux vers l’Italie et la BCE
(Fotolia)

Les marchés reprennent leur souffle après la levée du risque politique en France. Le niveau de spread du rendement de l’OAT à 10 ans face au Bund allemand s’est stabilisé juste au-dessus du seuil de 40 pb depuis le milieu de semaine dernière, ce qui correspond à un resserrement d’environ 30 pb depuis ses plus hauts atteints mi-avril. Le spread français contre Bund reste toujours supérieur d’environ 15 pb à ses niveaux historiques moyens, avant le résultat final des élections législatives attendu le 18 juin qui déterminera si le nouveau président Emmanuel Macron dispose d’une majorité au Parlement pour gouverner. Il est en revanche revenu à un niveau proche de zéro face au rendement belge, et s'est resserré de plus de 30 pb à un niveau de 20 pb face au taux néerlandais depuis mi-avril.

Les spreads périphériques, qui avaient profité d’un effet premier tour de l’élection française pour baisser fortement, sont en revanche repartis à la hausse au cours des derniers jours. Le rendement italien à 10 ans a ainsi offert la plus mauvaise performance avec un écartement de son spread de 10 pb contre Bund depuis lundi. L'Espagne et le Portugal l'ont limité à moins de 5 pb à 10 ans. Depuis le pic de tensions sur les spreads observé en plein milieu du mois de février, ce sont les obligations d’Etat portugaises qui affichent la meilleure performance avec une détente de 90 pb du spread de rendement à 10 ans contre Bund, sous le seuil de 300 pb, contre un resserrement du spread espagnol de 25 pb et du spread italien de seulement 17 pb.

«Il semble que l’attention des marchés se soit très vite déportée sur les perspectives de sortie de la politique d’assouplissement de la BCE et sur les élections en Italie qui doivent intervenir au plus tard à la fin du premier trimestre 2018 et représentent sans doute une barrière encore plus dure à franchir», estime ING. Le marché monétaire euro a recommencé à anticiper une hausse de taux de la BCE de 10 pb au cours des 12 prochains mois, avec une hausse du spread entre le rendement du Schatz à 2 ans allemand contre le taux de swap euro au jour le jour (OIS) à un niveau de 40 pb. Yves Mersch, l’un des membres de la BCE, s’est écarté de sa vision habituellement pessimiste pour envisager une prochaine normalisation si l’activité et l’inflation poursuivent leur tendance actuelle.

Sur le même sujet

A lire aussi