Le marché immobilier reste le talon d’Achille de la croissance chinoise

le 19/04/2017 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Malgré les mesures prises par les autorités, les prix ont poursuivi leur ascension et les crédits hypothécaires ont signé une hausse record en mars.

Le marché immobilier reste le talon d’Achille de la croissance chinoise
(E.Murguet)

Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes en Chine. La croissance du PIB chinois a accéléré à un rythme annuel de 6,9% au premier trimestre plus soutenu que prévu et bien supérieur à l’objectif d'au moins 6,5% fixé par Pékin pour 2017. L’accélération de la croissance nominale a atteint 2,2 points à un rythme de 11,8%, grâce au dynamisme du secteur industriel et de la demande d’investissements (notamment immobiliers). Le commerce extérieur a également soutenu l’activité avec une hausse des exportations de 22,3%, après +0,4% au premier trimestre, et des importations de 15,5% (après 4,4%), confirmant la vigueur de la demande intérieure. «Le ralentissement d’activité devrait être modéré, les  mesures de resserrements étant conditionnées à l’atteinte de l’objectif de croissance», estime UBS.

«S’il n’existe pas aujourd’hui d’inquiétude concernant le rythme de croissance, l’enjeu principal réside dans le capacité des autorités à calmer le secteur immobilier», prévient SG CIB. Les mises en chantier et les ventes de terrain ont fortement accéléré en mars à des rythmes de 13,1% et 22,9%, comme la hausse des surfaces vendues à 25,1%. «Les mesures mises en place début 2017 dans les 20 plus grandes villes n’ont pas été très efficaces, la tendance s’étant propagée aux banlieues de ces villes», ajoute SG CIB. Les chiffres publiés hier montrent que les prix dans les 70 plus grandes villes chinoises ont signé en mars leur plus forte hausse mensuelle depuis octobre de 0,7% concentrée sur celles qui n'ont pas mis en place de mesures de contrôle des transactions, soit une hausse de 10,3% sur un an.

Même si la PBoC a maintes fois affiché son intention de freiner la hausse des crédits immobiliers, les prêts à moyen et long termes accordés aux ménages, qui estiment le mieux les crédits hypothécaires, ont enregistré leur plus forte hausse historique, de 797 milliards de yuans supplémentaires au mois de mars. «Si elle n’a pas réussi à empêcher les bulles immobilières, le resserrement de la liquidité sur le marché interbancaire a commencé à fonctionner», estime SG CIB. La hausse des crédits totaux s’est en effet mise à décélérer, à un rythme de 12,5% au premier trimestre. Le rendement des obligations d’Etat chinoises à un an a atteint 3,1%, son plus haut niveau depuis avril 2015, et le spread avec le rendement des Treasuries américains sur la partie 10 ans est au plus haut depuis le mois de septembre dernier.

A lire aussi