Alexis Tsipras évoque un «compromis honorable» avec les créanciers

le 24/02/2017 L'AGEFI Quotidien / Edition de 14H

Le Premier ministre grec Alexis Tsipras © Union européenne

Le Premier ministre grec, Alexis Tsipras, a défendu ce matin devant les députés le dernier accord en date sur un plan d'aide conclu avec l'Eurogroupe parlant de «compromis honorable». Une page est tournée dans les relations entre la Grèce et ses bailleurs de fonds, a-t-il estimé, car ils ont, selon lui, accepté après sept ans de cesser l'application de «perpétuelles politiques d'austérité» dans le pays.

Le chef du gouvernement grec a salué la décision de l'Eurogroupe, lundi dernier, de charger une équipe d'experts de négocier de nouvelles réformes permettant le déblocage de nouveaux prêts à taux très bas. Leur évaluation devrait être achevée le 20 mars, a-t-il dit à propos de l'accord conclu entre la Grèce et ses bailleurs de fonds pour négocier des réformes touchant aux retraites, à l'impôt sur le revenu et au marché du travail.

«Nous allons en finir avec les plans d'aide (...), nous allons en finir avec la supervision et nous allons faire sortir le pays de la crise», a-t-il assuré aux parlementaires. Pour ce faire, il convient parfois d'accepter des compromis. «Si vous me demandez mon avis, à savoir si j'accepte qu'il faille changer le contenu de notre politique, je vous dirais que non, a-t-il expliqué. Mais dans toutes les négociations, s'il est évident qu'on peut obtenir des gains, il faut aussi faire des concessions».

Sur le même sujet

A lire aussi