La Cour constitutionnelle italienne ouvre la voie à de nouvelles élections

le 26/01/2017 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Les taux italiens ont peu réagi hier à la validation partielle de la réforme électorale de 2015, qui maintient la prime au parti obtenant au moins 40% des suffrages.

La Cour constitutionnelle italienne aura mis deux jours pour décider d’invalider partiellement hier la loi électorale adoptée au mois de mai 2015 sous le gouvernement de Matteo Renzi, tout en conservant la partie la plus controversée qui permet au parti ayant obtenu plus de 40% des suffrages au...

Cet article est réservé exclusivement aux abonnés de L’AGEFI Quotidien

Sur le même sujet

A lire aussi