«La hausse du dollar a déjà contribué à celle des taux»

le 09/01/2017 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Laurent Gonon, directeur de la gestion fixed income chez BFT IM

L'Agefi : Quand anticipez-vous la prochaine hausse de taux de la Fed?
Laurent Gonon : Nous l'attendons pour le mois de juin. Après avoir monté en décembre 2015 puis 2016, la Fed ne devrait pas attendre décembre 2017. Un marché de l’emploi sous pression et une inflation qui va rebondir dans un contexte de croissance stable (voire stimulée par les mesures de l’administration Trump) vont inciter la Fed à accélérer le rythme de resserrement. C’est dans ce sens que se sont exprimés les membres du FOMC en décembre à travers des «dots» qui annoncent 3 hausses pour 2017. Cela parait toutefois exagéré, l’appréciation du dollar ayant déjà contribué à resserrer les conditions financières. Nous tablons donc sur 2 hausses de taux en 2017, en juin puis en décembre.

Jusqu’où le spread entre les Treasuries et les Bunds peut-il s’écarter?
A 220 pb sur le 10 ans, ce spread est au plus haut depuis 1989 et ne devrait pas s'écarter davantage. Il traduit le décalage de cycles économiques entre Etats-Unis et zone euro, qui s'est probablement étendu à 3 ans, voire 4 ans suite à la crise. Lors des deux derniers cycles, le pic avait été atteint autour de 150 pb (1999 et 2006). Au-delà de la convergence de cycles qui entraînera un resserrement à moyen terme, il existe des forces de rappel : à partir d’un certain niveau, les investisseurs à la recherche de rendement ont intérêt à acheter des Treasuries qui rapportent plus que les Bunds même après couverture du risque de change.

ZOOM
(Illustration L'Agefi.)

Sur le même sujet

A lire aussi