L’Italie retrouve du crédit sur le marché primaire

le 05/10/2016 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Malgré les craintes liées au référendum du 4 décembre, le placement de titres à 50 ans a réuni hier un carnet d'ordres de 18,5 milliards d'euros.

L’Italie retrouve du crédit sur le marché primaire
La nouvelle souche à 50 ans d’obligations d’Etat italiennes a attiré les investisseurs.
(Photo DR.)

Malgré les tensions enregistrées par les obligations d’Etat italiennes (BTP) sur le marché secondaire, l’appétit des investisseurs a été au rendez-vous pour l’émission d’une nouvelle souche à 50 ans qui s’est déroulée hier. La syndication menée par Banca Imi, BNP Paribas, HSBC, JPMorgan, UniCredit et Goldman Sachs, a permis au pays de lever 5 milliards d’euros grâce à un carnet d’ordres de 18,5 milliards pour ce nouveau BTP de maturité mars 2067. Dans un contexte de taux négatifs sur une bonne partie des courbes en zone euro, le rendement était alléchant: 2,70%. Le pays a concédé un spread limité à 52 pb au-dessus du taux de référence fixé par la souche BTP 2047.

Révision de la notation
le 11 novembre

L’émission intervenait pourtant dans un contexte d’écartement du spread entre rendements italiens et espagnols qui a dépassé les 30 pb pour la première depuis mi-2014. La souche d’obligations SPGB juillet 2066 émise par l’Etat espagnol au mois de mai dernier avec une forte décote, et qui est comparable à celle émise hier par l’Italie, a vu son rendement chuter d’un niveau de 3,4% à l’émission à environ 2,55% hier. «Soit les investisseurs ont estimé que les obligations à long terme étaient très bon marché, soit ils ont été poussés à ajuster leurs investissements (de manière forcée) dans le sens d’une baisse des rendements à cause des effets du QE de la BCE, en allant même bien au-delà de l’espace de rachats défini dans le cadre de son programme PSPP, ce qui a profité pour le moment à la partie longue», estime SG CIB.

L’Italie fera face à deux échéances déterminantes pour l’évolution de ses rendements. La première le 11 novembre avec la réappréciation de la note accordée S&P, et la seconde le 4 décembre qui verra la tenue du référendum sur le projet de réforme de la Constitution du gouvernement dirigé par Matteo Renzi. Depuis mi-août, le rendement des obligations italiennes à 10 ans s’est tendu d’environ 20 pb et le spread avec les rendements espagnols et allemands de même maturité a progressé d’autant.

«A seulement un cran de la catégorie spéculative, l’Italie est menacée d’une dégradation qui aurait des conséquences pour l’éligibilité de ses obligations auprès de la BCE», alerte SG CIB. Parallèlement, l’espoir de voir l’Espagne sortir bientôt de l’impasse politique a profité depuis l'été aux rendements du pays.

Sur le même sujet

A lire aussi