La BoE donne de l’air aux banques britanniques

le 05/07/2016 L'AGEFI Quotidien / Edition de 14H

La BoE donne de l’air aux banques britanniques

La Banque d’Angleterre (BoE) a annoncé mardi qu’elle allait maintenir le niveau des coussins contracycliques à 0% des actifs pondérés du risque (RWA) au moins jusqu’à juin 2017. Prise pour protéger l’économie et le secteur bancaire des conséquences du vote en faveur du Brexit, la mesure réduira de 5,7 milliards de livres les exigences en fonds propres des banques, selon la BoE, tout en augmentant d’environ 150 milliards leur capacité à prêter.

« Le Comité de stabilité financière (FPC) s’attend vivement à ce que les banques continuent à soutenir l’économie réelle en puisant si nécessaire dans les coussins », souligne le compte-rendu de la réunion biannuelle du Comité. « Il y a des preuves que certains risques ont commencé à se matérialiser. Les perspectives actuelles sont éprouvantes pour la stabilité financière britannique », ajoute le document, qui précise que « le FPC est prêt à prendre d’autres mesures appropriées ».

En mars dernier, la BoE avait décidé de l'instauration d'un coussin de fonds propres contracycliques de 0,5% des RWA. Cette mesure, qui devait initialement s’appliquer à partir de mars 2017, visait à contrecarrer tout risque de surchauffe du marché du crédit britannique et du marché immobilier. Le vote en faveur du Brexit le 23 juin a changé la donne, et fait craindre une baisse de la demande des ménages et des entreprises de biens et de services, voire une récession.

Outre les mesures en faveur des banques, le FPC a par ailleurs apporté son soutien à la position de la Prudential Regulation Authority, en faveur d’un calcul plus flexible des règles transitoires de Solvabilité 2. « Sans cela, les régulations qui sont entrées en vigueur en janvier auraient resserré la contrainte réglementaire sur les compagnies d’assurance après la forte chute des taux d’intérêts de marché », souligne la BoE. Une baisse du taux directeur de la BoE est également envisagée.

A lire aussi