Volvo voit ses perspectives affectées par le marché américain

le 07/02/2008 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le marché des camions devrait progresser de 5 à 10 % en Europe en 2008, alors que la demande demeurerait stable en Amérique du nord

Le groupe scandinave Volvo a une nouvelle fois raté le consensus. Au cours du dernier trimestre, l’activité de l'industriel a progressé de 25 %, à 84,6 milliards de couronnes suédoises, son résultat opérationnel est passé de 5,2 à 5,6 milliards (590 millions d'euros), soit une hausse de 12 %, et ses bénéfices ont crû de 11 %, à 4,1 milliards. Néanmoins, ces chiffres ne sont pas à la hauteur des attentes. Le consensus Bloomberg avait ainsi envisagé un bénéfice de 4,53 milliards de couronnes suédoises, alors que le consensus Reuters espérait un résultat avant impôt de 6,08 milliards, contre 5,6 milliards publiés.

Sur l’ensemble de l’exercice, en dépit d’une croissance du chiffre d’affaires de 10 % qui s’élève à 285 milliards de couronnes suédoises et d’un résultat opérationnel qui gagne 9 % à 22,2 milliards de couronnes suédoises, les bénéfices sont en repli de 8 %, à 15,03 milliards de couronnes suédoises. Le groupe fait état fin 2007 d’un endettement net de 3,68 milliards de couronnes suédoises.

Pour expliquer cela, le PDG de Volvo, Leif Johansson a évoqué les tensions sur les capacités de production en Europe qui « affectent aussi les livraisons de camions en Asie, au Moyen-Orient et en Amérique du Sud ». Il a également fait état des difficultés du marché américain qui repose sur une « faible demande ». En outre, le constructeur a expliqué avoir été contraint de passer une provision de 370 millions de couronnes pour des garanties de moteurs en Amérique du Nord. 

La direction de Volvo se montre toutefois optimiste quant à l’évolution « favorable » du marché « à l’exception de l’Amérique du Nord et du Japon ». De fait, Leif Johansson s’attend à une croissance du marché des camions en Europe de l’ordre de 5 à 10 % en 2008, alors que la demande devrait être identique à celle de 2007 pour l’Amérique du Nord. Du côté des analystes, l'enthousiasme est moins de mise. « C’est un trimestre mitigé.[…] D’un côté vous avez un bon développement des ventes et de l’autre les profits sont en dessous des espérances », s’est ému un analyste de Swedbank, ce qui laisse apparaître un problème de marges chez Volvo. La plupart s’inquiètent des difficultés américaines, en soulignant que le marché outre-Atlantique se dirigent vers des temps incertains.

A lire aussi