La Société Générale joue la carte de la prudence

le 12/02/2008 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Selon Pierre Flabbee, la décote attendue par le marché sur cette opération était « de l’ordre de 25 à 30 % ». « Il s’agit d’une belle offre pour les actionnaires. Si le prix avait été plus haut, il y aurait eu un manque d’appétit de ces derniers », explique un autre analyste, qui estime que le niveau de décote n’est en rien aberrant. « Plusieurs opérations se sont faites avec des décotes supérieures à 30 %, à l’image de celle de Fortis en août dernier», relève-t-il. Aux yeux d’un banquier, il s’agit « d’une décote traditionnelle sur dix ans, qui reflète en outre le pic de volatilité sur les marchés ». « La décote est sympathique. La Société Générale n’a pas pris de risque et s’est montrée réaliste face à un marché qui reste nerveux », estime un autre responsable des marchés primaires actions.

« Nous souhaitons que cette opération soit un succès. L’idée est que nos actionnaires existants nous suivent », a expliqué l’état-major de la banque française à l’occasion d’une conférence de presse. « Nous avons lancé une augmentation de capital sous forme d’une émission avec droits préférentiels de souscription, ce qui est le moyen le plus adéquat pour associer nos actionnaires », a indiqué Frédéric Oudéa, directeur financier de la Société Générale. Concrètement,chaque action existante est assortie d’un droit préférentiel de souscription, quatre de ces droits permettant de souscrire à une action nouvelle au prix de 47,50 euros. La valeur théorique du droit s’établit à 5,90 euros, portant le prix théorique de l’action à 71,10 euros. « La décote (de 39 %) est purement faciale », a rappelé Frédéric Oudéa.

Après avoir organisé des premiers contacts avec ses investisseurs suite à la fraude, Société Générale va de nouveau aller à leur rencontre dans le cadre de cette augmentation de capital. « Nous allons désormais organiser des road-shows pour cette opération », a indiqué l’état-major, précisant n’avoir aucun doute sur un « accueil excellent » auprès de ses « actionnaires fidèles ». L’assureur Groupama, principal investisseur institutionnel de la Société Générale, a déjà indiqué qu’il apporterait son soutien à l’opération « en souscrivant à hauteur de sa participation actuelle, soit 3,5 % du capital, et se réserve la possibilité de l’augmenter ».

Reste que la Société Générale réalise cette opération au prix fort. Selon le prospectus de l’opération, la rémunération des intermédiaires financiers à laquelle s’ajoutent des frais juridiques et administratifs s’élève à 142,5 millions d’euros. Ce montant, qui représente 2,6 % de celui de l’opération, se révèle supérieur aux commissions habituelles, de l’ordre de 1,5 à 2 %.

A lire aussi