La Russie devient le premier marché du groupe Renault

le 03/03/2008 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

AvtoVAZ et Renault ont signé vendredi leur partenariat stratégique. Renault prend 25 % du groupe russe pour plus de un milliard de dollars

Après Nissan, Lada ! Pour plus de un milliard de dollars (658 millions d’euros), Renault s’offre 25 % (+ 1 action) du russe Avtovaz, constructeur de la Lada. Le français versera 1 milliard de dollars en cash dès maintenant et au plus 166 millions de dollars (109 millions d’euros) au second semestre 2010, en fonction des performances financières d’Avtovaz en 2008-2009. « Un prix en ligne avec notre fourchette prévisionnelle de 700 millions à 1 milliard de dollars évoquée en décembre lors de l’annonce de ce partenariat », rappellent les analystes de Natixis. Ce montant correspondait à 17 % de la capitalisation d’Avtovaz en décembre et à 20 % de sa valorisation boursière actuelle.

Fin juin prochain, Renault et la société publique russe Russian Technologies détiendront chacune 25 % + 1 des actions ordinaires et préférentielles d’Avtovaz. Toutefois, « nous continuons à penser que l’absence de majorité de contrôle pourrait à terme poser des problèmes sur la définition de la stratégie d’Avtovaz, notamment sur la cohabitation des marques Lada et Dacia (Logan) », prévient CM-CIC.

Cet accord, mettant en œuvre le partenariat stratégique annoncé le 8 décembre dernier, vise avant tout des échanges de savoir-faire et de technologies afin d’améliorer l’attractivité et la compétitivité de la gamme de véhicules Lada. Les deux partenaires tablent sur une capacité de production de 1 million de voitures par an d’ici à 2010 et de 1,5 million d’unités à partir de 2014. D’ores et déjà, la Russie devient le premier marché de Renault. En 2007, Lada a livré 880.000 véhicules en Russie, contre 657.000 unités écoulées en France par Renault. Sans compter les 73.000 voitures vendues l’an dernier en Russie par la marque au chevron. « Renault s’ouvre les portes d’un nouveau marché en pleine croissance, avec un fort potentiel de développement en Russie », se félicitent les analystes de Natixis. De plus, « cet accord va permettre de développer une base de fournisseurs en Russie et d’augmenter les volumes d’achat de l’alliance avec Nissan », ajoute CM-CIC.

En termes de gouvernance, Boris Aliochine conservera la présidence d’Avtovaz, tandis que quatre dirigeants venant de Renault intégreront le comité de direction, dont Yann Vincent comme directeur général exécutif. Par ailleurs, Renault disposera de trois des douze sièges au conseil d’administration.

A lire aussi