Premiere conclut la restructuration de sa dette

le 24/12/2008 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La chaîne allemande de télévision payante vient de renégocier avec ses banques et News Corp un financement de 525 millions d’euros

Un préalable à la survie de Premiere». C’est en ces termes que Mark Williams, directeur général de la chaîne payante allemande a qualifié son plan de refinancement. Premiere, son syndicat bancaire et News Corp – actionnaire de référence de Premiere avec 25,01% du capital – ont renégocié 525 millions d’euros de facilités bancaires conditionnées à deux augmentations de capital d’un montant global de 450 millions.

La première, destinée à satisfaire les besoins de financement à court terme, courra du 30 décembre au 12 janvier. Elle portera sur un volume de 10,2 millions d’actions à un prix de souscription minimum de 3,19 euros. Elle doit permettre de lever au moins 25 millions, sans que News Corp dépasse le seuil de 29,9% du capital. Le syndicat bancaire fournira un prêt relais de 25 millions, ou moins, en janvier 2009, pour qu’au total Premiere dispose de 50 millions d’euros, avant la réalisation de la seconde augmentation de capital, attendue au deuxième trimestre 2009. Celle-ci sera de 450 millions. Elle nécessitera l’approbation des actionnaires convoqués en AGE au premier trimestre 2009. A cette annonce, le titre a chuté de 11,27% à 3,78 euros.

Pour sa part, le prêt de 525 millions se décompose en un prêt de 275 millions à échéance décembre 2013 et en un crédit renouvelable et lignes de crédits pour 250 millions jusqu'en juin 2013.

L’engagement de News Corp, qui garantit cette opération, est soumis à certaines conditions, les plus importantes étant la possibilité d’obtenir de nouvelles lignes de crédit et l’exemption par la BaFin, le régulateur allemand, de l'obligation légale de déposer une offre sur l’ensemble du groupe si News Corp franchit le seuil de 30% du capital. En théorie, News Corp pourrait dépasser les 50% du capital. 

Pour 2009, Premiere anticipe un cash-flow négatif, compris dans une fourchette de 250 à 275 millions d’euros, et une perte d’Ebitda «significative», à cause desquels le groupe «n’aurait pas été en mesure de respecter ses échéances» de crédits bancaires.

Le produit de l'augmentation de capital sera consacré à l’exécution du nouveau plan stratégique, Premiere anticipe un retour à l’équilibre en Ebitda et en cash-flow avant la la fin de 2010 et vise la rentabilité à partir de 2011.

A lire aussi