Piscines Desjoyaux reste confiant quant à ses objectifs 2008 et 2009

le 05/02/2008 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le fabricant de piscines reconnaît que la situation en France est aujourd’hui difficile

Le titre Piscines Desjoyaux reste à la peine sur l’Eurolist B depuis mi-décembre, date de l’annonce par le fabricant de piscines d’un tassement de ses marges sur l’exercice 2006-2007. En dépit de ce recul, Jean-Louis Desjoyaux, PDG du groupe éponyme, a réaffirmé son ambition de retrouver à l'horizon 2008-2009 une rentabilité opérationnelle de 20 % comme en 2004-2005. Après un premier trimestre 2007-2008 quasi stable, le PDG table toujours sur une croissance de ses ventes de 10 % sur l'exercice en cours.

Toutefois, le dirigeant reconnaît que la situation est "difficile" en France au vue du ralentissement de la consommation des ménages que le groupe constate depuis mars 2007. Mais la confiance reste de mise pour Jean-Louis Desjoyaux qui assure n'être pas inquiet, "cela ne restera pas longtemps comme cela", assure-t'il. Pour soutenir la croissance dans l'Hexagone, le groupe compte accélérer ses efforts en termes de couverture du territoire en se fixant un objectif d'ici deux ans de 185 points de ventes contre 156 actuellement. Les efforts en marketing et publicité vont se maintenir au même niveau que l'exercice passé, soit environ 4,5 millions d’euros. A l'international, le groupe reconnaît que l'Espagne est aussi devenu un marché difficile mais assure avoir un potentiel de croissance "dans les pays où nous étions jusque-là mal organisés ", indique le PDG.

Parallèlement, Piscines Desjoyaux veut faire baisser de 15 % cette année le prix de revient brut de ses piscines, et cet objectif sera le même sur l'exercice suivant. Le groupe compte pour cela sur les économies liées aux derniers investissements. Desjoyaux a ainsi annoncé hier soir la signature d’un partenariat pour la fabrication de la feuille PVC en Arabie saoudite. Cet investissement de 2,4 millions d’euros doit lui permettre de maîtriser l’impact de la fluctuation du prix de la matière première et diminuer ses coûts d’approvisionnement (économie de 500.000 euros en année pleine) sur un produit qui est utilisé dans l’ensemble des bassins représentant 10 millions d’euros d’achat annuel. Par ailleurs, la livraison de la nouvelle presse de 6.000 tonnes a été confirmée pour fin mars pour un coût total de 6 millions d’euros qui devrait permettre d’économiser 450.000 euros. Un nouvel atelier de recyclage doit amener une économie de 1,5 million d’euros. La société mise enfin sur les gains liés à la réorganisation de ses ateliers et l’accentuation de l'automatisation.

A lire aussi