Pékin soutiendra les désirs d’expansion internationale des banques chinoises

le 28/01/2008 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Les moyens financiers de ces dernières leur permettent aujourd’hui de pouvoir prétendre à participer à la consolidation du secteur

Les autorités chinoises sortent clairement du bois. Pékin entend soutenir les velléités de développement international des banques chinoises, qui disposent à ce titre de véritables trésors de guerre, d’autant plus au regard de la fébrilité de leurs consœurs à l’étranger.

Le président de l’autorité de contrôle du secteur bancaire, Liu Mingkang, a ainsi avancé que le gouvernement allait établir des règles pour faciliter le déploiement de banques « qualifiées » au travers de l’« ouverture de nouvelles entités, de fusions et d’acquisitions ». Une information relayée par Bloomberg sur la foi d’une retranscription des travaux de la réunion annuelle de la China Banking Regulatory Commission (CBRC). Le responsable n’aurait pas cependant précisé ses projets.

Les établissements bancaires chinois pourraient se joindre à la cohorte d’investisseurs asiatiques et moyen-orientaux qui ont assuré le financement de nombre d’homologues occidentaux ces derniers mois, tant aux Etats-Unis qu’en Europe. L’heure est effectivement peut-être venue de saisir les opportunités créées par le déclin des cours boursiers. Le Wall Street Journal a avancé il y a deux semaines que Pékin toutefois a posé son veto à un investissement de 2 milliards de dollars au capital de Citigroup par la banque publique China Development Bank.

Pour autant, le mouvement a bien été déjà enclenché, à l’image des prises de participation de l’assureur Ping An chez Fortis ou du courtier Citic Securities chez Bear Stearns. Mais les banques chinoises disposent de moyens conséquents, grâce aux sommes levées par le biais d’introductions en Bourse et à des bénéfices en hausse. Le résultat d’Industrial and Commercial Bank of China (ICBC), la principale banque au monde par sa capitalisation, a ainsi progressé de 60 % l’an dernier. Son responsable des fusions-acquisitions a confié au China Daily vendredi qu’une opération notable pourrait bien être conclue cette année même, au sein des marchés émergents voire pourquoi pas aux Etats-Unis.

Pourtant, la crise des crédits hypothécaires à risque américains pourrait bien avoir des impacts sur le bilan des banques chinoises, selon des rumeurs de mise en œuvre par Pékin d’une mission spéciale destinée à en mesurer l’ampleur et dont les conclusions inviteraient à une certaine prudence. Le dégonflement tant annoncé de la bulle boursière chinoise peut aussi tempérer les ardeurs.

A lire aussi