Oracle et BEA System d'accord pour former un grand du logiciel d'entreprises

le 17/01/2008 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Les deux groupes sont tombés d'accord sur un prix de 8,5 milliards de dollars, une opération qui suit celle de SAP et Business Objects

Bea Systems en voulait 21 dollars, Oracle proposait 17, l’affaire s’est conclue à 19,375 l’action. Le concepteur de logiciels BEA Systems a accepté d'être acheté par Oracle pour 8,5 milliards de dollars. En octobre dernier, le concepteur de logiciels de bases de données avait formulé une offre qui avait été rejetée par BEA. Ce dernier s’était dit prêt à discuter avec d'éventuels candidats à son acquisition. Mais aucun ne s'était présenté.

"C'est un bon prix et une bonne opération pour Oracle", commente Trip Chowdhry, analyste de Global Equities Research cité par Reuters.

Oracle a précisé que l'opération augmenterait son bénéfice par action ajusté d'un à deux cents au moins durant la première année faisant suite à sa réalisation. En décembre, le groupe informatique a publié un bénéfice trimestriel en hausse de 35 %, supérieur aux anticipations. Le groupe a fait état d'un résultat net de 1,3 milliard de dollars au titre de son deuxième trimestre fiscal, contre 967 millions de dollars un an plus tôt à la même époque.

L'actionnaire activiste Carl Icahn a fait savoir qu'il soutenait l'offre d'Oracle. Les affiliés d'Icahn, qui détiennent près de 13 % du capital de BEA, voteront en faveur de la fusion, a-t-il déclaré.

L'action BEA flambait de près de 18,9 % à 18,56 dollars à mi-séance sur le Nasdaq. Oracle gagnait 2,98 % à 21,48 dollars.

BEA vend des logiciels d'applications pour serveurs informatiques et des outils utilisés par des développeurs pour créer les systèmes. Ces produits dits de "middleware", qu'Oracle entend renforcer, sont utilisés notamment dans le traitement des transactions, la facturation, le service au client et les échanges boursiers. La proposition d'Oracle intervient à la fin de l’OPA de SAP qui détient 87,18 % de Business Objects. Ces deux opérations devraient renforcer les anticipations d'une consolidation du marché des logiciels pour entreprise. BEA est en concurrence avec IBM et son alliance avec Oracle peut lui faire gagner en compétivité. De son côté, ce dernier a multiplié les rachats dans le secteur ces dernières années pour concurrencer Microsoft et SAP.

L'offre sur BEA est la plus grosse opération de croissance externe lancée par Oracle depuis le rachat de Siebel Systems pour environ six milliards de dollars début 2006. Le groupe a racheté en 2007 Hyperion Solutions pour plus de trois milliards de dollars.

A lire aussi