Oddo & Cie part à l’assaut des fonds souverains

le 28/03/2008 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La joint-venture Bemo Oddo vient d’obtenir sa licence d’intermédiaire financier pour équiper fonds souverains, banques et family offices du Moyen-Orient

Le pas a été franchi. Oddo & Cie s’installe à Dubaï pour répondre aux demandes d’investissement et de diversification des fonds souverains des pays du Golfe. Après plus d’un an d’attente, la licence d’intermédiaire financier vient de lui être accordée. Une obtention qui fait suite à la création, en octobre 2006, de Bemo Oddo Investment qui unit la maison française à la filiale bancaire du groupe libanais Obeji, historiquement ancré dans les pays du Levant. Joint-venture scellée à 50-50 et dotée de 2 millions de dollars de fonds propres, l’objectif de Bemo Oddo est d’aider les entreprises européennes à rencontrer les nouveaux investisseurs du golfe. « A ce titre le tout premier road-show a été engagé la semaine dernière avec le top management d’une entreprise du CAC 40 et les fonds des Emirats arabes unis », illustre Philippe Oddo. L'idée est également de promouvoir le savoir-faire de la société de gestion auprès de ces fonds d’Etat, ainsi que des riches family offices et des banques installés dans la région.

Et pour capter des clients plus que jamais très courtisés, la structure entend se différencier sur le segment de l’intermédiation boursière, tout en proposant des opérations de corporate finance aux institutions locales, dans le coté et le non-coté, en démultipliant les road-shows. «Une façon d’ouvrir les portes de la gestion d’actifs, qui s’inscrit dans une relation de plus long terme», projette Laurent Mignon associé gérant d’Oddo. Une mouture « charia compliant » d’Oddo Avenir est à l’étude, ainsi qu’une version luxembourgeoise (avec parts libellées en dollars) des fonds maison, tout comme la mise sur pied de produits qui pourraient être vendus sous marque blanche aux banques locales. Dans dix jours, une autre présentation sera engagée afin de présenter à de grands family offices un fonds de fonds de private equity.

Le choix d’une implantation à Dubaï a été dicté par une place financière plus mature que le Qatar et plus internationale que Bahreïn, davantage tournée vers la finance islamique. A deux pas d’Abu Dhabi, qui abrite le plus important des fonds d’Etat, Bemo Oddo desservira le Moyen-Orient dans son ensemble. Et s’approche un peu plus d’une manne de 1.800 milliards de dollars pour les seuls fonds souverains de la région.

A lire aussi