« Nous trouvons des opportunités dans la distribution spécialisée, le luxe et les médias »

le 28/01/2008 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

confie l’équipe actions européennes de Fortis Investments

L’Agefi : Pourquoi consacrez-vous près d’un quart de votre portefeuille à la consommation discrétionnaire, en dépit du risque de récession aux Etats-Unis ?

Fortis Investments : C’est dans ce compartiment de la cote que nous trouvons le plus de sociétés sous-valorisées. Ce secteur a été particulièrement sanctionné par le marché alors qu’il a montré lors des précédents ralentissements économiques, une baisse de ses résultats plus modérée que pour d’autres secteurs cycliques. Ainsi, nous trouvons des opportunités dans les secteurs de la distribution spécialisée, du luxe et des médias. Les valeurs liées aux matières premières nous semblent plus risquées en cas de réaction aux Etats-Unis, la thèse du découplage des économies des pays émergents nous paraît peu crédible.

Le renforcement des inquiétudes sur les bancaires pourrait-il vous inciter à vous alléger davantage sur ce compartiment?

Nous faisons actuellement l’hypothèse que les taux de dépréciation des actifs liés au subprime américain vont atteindre 40 % et que les revenus des banques d’investissement vont revenir au niveau de 2005, soit près de 50 % en dessous des niveaux atteints au premier semestre 2007. Si nous adoptons un scénario plus pessimiste sur ces paramètres, nous pourrions encore nous alléger.

Par ailleurs, il conviendra d’observer avec attention les besoins de dépréciation d’autres actifs (phénomène de contagion) et les éventuels besoins de recapitalisation, les opérations de ce type réalisées jusqu’à présent ayant été particulièrement dilutives pour les actionnaires historiques. En revanche, une attitude plus accommodante des banques centrales pourrait nous amener à revenir sur ce compartiment.

A lire aussi