Le marché des LBO s’est contracté de moitié en Europe en 2008

le 28/03/2008 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Malgré une activité soutenue dans les opérations de plus petite taille, le début d’année est marqué par une accentuation de la crise

La fête est finie. L’activité du début de l’année semblait montrer une certaine permanence dans les acquisitions à effet de levier (leveraged buy-out, LBO), notamment en volume. Mais cette activité est essentiellement circonscrite aux opérations n’excédant pas la taille des grosses PME, surtout en France où, depuis le closing d’Elis en juillet dernier (pour 2,28 milliards d’euros de valeur d’entreprise), aucune transaction n’a dépassé le milliard d’euros.

Le constat est sans appel lorsque l’on considère les chiffres agglomérés à l’échelle du continent européen. Le cabinet d’expertise Bureau van Dijk comptabilise ainsi 195 LBO entre le 1er janvier et le 27 mars 2008 pour un montant de 34 milliards d’euros ; à la même période l’année précédente, il en avait recensé 366, pour une valeur totale de 77 milliards…

Dans les opérations annoncées après le début de la crise (à partir du mois de juillet dernier), aucune transaction n’excède les 8 milliards, somme pourtant largement dépassée précédemment (se souvenir des opérations Alliance Boots pour 22,3 milliards, TDC pour 13 milliards, ou Wind pour 12,2 milliards en 2006 et au premier semestre 2007).

La tendance s’est confirmée depuis le début de l’année : si l’on exclut le cas de ProSiebenSat (dont la transaction ne porte que sur 12 % de son capital), une seule opération annoncée au premier trimestre excède le milliard. Il s’agit de Migros ; paradoxe, elle a été réalisée en Turquie – marché que l’on n’attendait pas nécessairement sur ce terrain (L’Agefi du 29 février). Selon van Dijk, l’Europe a vu 7 LBO « milliardaires », cumulant une valeur de 22,4 milliards d’euros au cours de la période, mais 20 opérations de 100 à 500 millions (pour un total de 5 milliards) et 21 de 25 à 100 millions (pour 1,2 milliard). Un an auparavant, les proportions étaient bien différentes : 22, 33 et 37…

Le nombre de LBO a grossièrement été divisé par deux dans les pays où l’activité est traditionnellement la plus forte. 66 opérations ont été recensées au Royaume-Uni contre 131 au cours du premier trimestre 2007, 31 en France (contre 63) et 20 en Allemagne (contre 53). Sur les marchés plus secondaires, l’activité disparaît parfois presque totalement.

A lire aussi