L'accès au crédit en zone euro devient plus difficile

le 21/01/2008 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

L'enquête de janvier de la BCE montre un nouveau durcissement des normes de crédit aux entreprises fin 2007, qui se poursuivra au premier trimestre

Au quatrième trimestre 2007, l’accès au crédit en zone euro est devenu plus difficile. Dans son enquête menée auprès de 89 banques en décembre et arrêtée au 8 janvier 2008, la Banque centrale européenne (BCE) montre un nouveau durcissement, de la part des établissements de crédit, de leurs standards. A l'instar du précédent rapport publié en octobre, les entreprises continuent d’en être les principales victimes. De fait, le resserrement de l’accès au crédit, en net, a atteint 41 % au quatrième trimestre, contre 31 % au troisième. Les facteurs qui ont contribué à cette évolution sont le renchérissement du coût du capital des banques, leurs anticipations vis-à-vis de la croissance économique globale et sectorielle et enfin, la concurrence entre banques.

Cette tendance « s’explique d’abord par la détérioration du contexte économique global, et dans une moindre mesure, par la hausse des coûts d’intermédiation », souligne pour sa part Natixis. Le regain de sélectivité pour les entreprises est passé par un élargissement des marges sur les prêts moyennement risqués et plus risqués, et a concerné davantage les grandes entreprises que les PME qui n'ont cependant pas été épargnées par le durcissement de ton des banques. Surtout, le credit crunch commence à toucher le consommateur. Le durcissement, en net, des standards de crédit pour les ménages désirant accéder à la propriété, est passé de 12 % au troisième trimestre à 21 % au quatrième, une conséquence de la dégradation de l’immobilier résidentiel et de la solvabilité des ménages. S’ils ont bénéficié d’un assouplissement des critères de crédit au troisième trimestre de 3 %, les normes pour le crédit à la consommation et les autres crédits ont été nettement raffermies, le durcissement net atteignant 10 % au dernier trimestre.

Pour le premier trimestre 2008, les participants s’attendent à poursuivre le renforcement de leurs normes pour les crédits aux entreprises et immobiliers, mais avec moins de vigueur qu’au trimestre précédent. Les banques devraient continuer d’affermir au même rythme l’accès au crédit à la consommation. « Les résultats de l’enquête apportent d’importantes munitions aux "colombes" au sein du conseil des gouverneurs de la BCE pour continuer à bloquer les appels pour une hausse des taux – d’autant plus que le crédit bancaire reste la source principale de financement externe pour les entreprises de la zone euro », explique ING.

A lire aussi