Jean-Claude Trichet défend le pacte de stabilité

le 15/12/2008 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Dans un entretien au journal, Jean-Claude Trichet, président de la Banque centrale européenne (BCE), a indiqué que le pacte de stabilité et de croissance, qui limite les déficits publics des Etats membres de l'Eurozone, ne devait pas faire les frais des plans de relance de l'économie. «Nous anéantirons la confiance si nous rompons le pacte de stabilité et de croissance», prévient-il, estimant que cela pourrait accroître la nervosité des marchés. Il écarte par ailleurs l'hypothèse d'un rachat de dettes publiques, évoquée comme l'un des moyens pour les banques centrales de combattre la récession et de prévenir la déflation lorsque les taux d'intérêt se rapprochent de zéro.

A lire aussi