Il faut corriger le système, estime Jean-Claude Trichet

le 24/12/2008 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Les marchés financiers ont sous-estimé les décisions prises par les banques centrales et les gouvernements pour répondre à la crise ainsi que l'impact de la baisse des prix du pétrole et des matières premières, a déclaré mardi Jean-Claude Trichet. Invité de l'Institut Montaigne à Paris, le président de la Banque centrale européenne a estimé que la crise était due à un mauvais fonctionnement du système dans son ensemble, qu'il faudra corriger, et il a ajouté que le «maître mot» pour 2009 serait la confiance. Il s'est félicité de la réaction coordonnée des banques centrales et des gouvernements et a fait état d'un «large consensus» dans le monde sur les directions à prendre à l'avenir, notamment le besoin de transparence. Jean-Claude Trichet s'est montré plus circonspect sur la politique monétaire, insistant sur les trois baisses de taux décidées par la BCE mais sans livrer d'indice sur la prochaine réunion monétaire en janvier. En prélude à son intervention, le président de la BCE a souligné le rôle protecteur de l'euro, la monnaie unique créée il y a dix ans tout juste. «L'euro, l'instrument qui nous permet d'achever le marché unique, nous permet aussi de maintenir un haut niveau de stabilité», a-t-il souligné.

A lire aussi