HSH Nordbank veut porter plainte contre UBS pour des pertes subies par des CDO

le 25/02/2008 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La banque régionale allemande entend récupérer 500 millions de dollars, la crise du "subprime" n'en n'a pas fini de ses rebondissements

La banque régionale allemande HSH Nordbank a fait part dimanche de son intention d'engager des poursuites judiciaires contre le groupe bancaire suisse UBS pour récupérer des pertes significatives subies par un portefeuille de 500 millions de dollars de produits structurés de type CDO. "Il semble qu'UBS a fermé les yeux sur des actions qui ne bénéficiaient qu'à lui, au dépens de ses clients", a affirmé la banque allemande dans un communiqué qui poursuit: "après des tentatives répétées pour discuter de nos préoccupations avec la direction d'UBS, nous avons conclu à regret que nous n'avions pas d'autre possibilité que d'entamer une procédure judiciaire."

En 2002, UBS avait vendu ces CDO (collateralised debt obligations) liés au marché du crédit hypothécaire américain, à la banque régionale Landesbank Schleswig-Holstein, qui a ensuite fusionné avec Hamburgische Landesbank pour devenir HSH Nordbank. HSH Nordbank a précisé qu'elle déposerait sa plainte à New York d'ici la fin février.

Un porte-parole d'UBS s'est refusé à tout commentaire. La banque suisse n’avait pas besoin de cela.Une assemblée générale extraordinaire des actionnaires d'UBS est prévue mercredi, au cours de laquelle la direction soumettra le plan de recapitalisation de 13 milliards de francs conclu en décembre avec le fonds souverain de Singapour GIC et un investisseur du Moyen-Orient dont l'identité reste encore mystérieuse. Elle a déprécié pour 18,4 milliards de dollars d'actifs liés au subprime américain, ce qui fait de la banque suisse la plus grande victime européenne de la crise du crédit. Voici dix jours elle avait révélé être exposée dans les crédits hypothécaires à risques de l’ordre de 27,6 milliards de dollars fin décembre 2007.

Une affaire qui survient alors que l’Allemagne et le Liechtenstein mènent une partie de bras de fer sur fond de fraude fiscale, ce qui a amené le ministre allemand des Finances, Peer Steinbrück, à souligner que Monaco, Andorre, le Luxembourg, l’Autriche et la Suisse sont aussi concernés par leur manque de transparence en matière de secret bancaire et il a appelé à "lancer une bataille contre les paradis fiscaux en Europe" dans un entretien accordé au Bild.

A lire aussi