Groupe Open a pour ambition devenir l’un des leaders français sur le marché des services informatiques

le 06/02/2008 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le groupe informatique entend dégager de la trésorerie pour financer des acquisitions dans les services

Groupe Open met les services au cœur de sa stratégie. Alors que l’offre publique sur les actions Teamlog a été rouverte jusqu’au 18 février 2008 au prix unitaire de 4,25 euros, le groupe informatique entend allouer prioritairement ses ressources financières à l’essor de son activité SSII exercée au travers de Teamlog, dont il détient 88,40 % du capital et d’Open IT dont il a acquis 100 % des titres il y a un an.

« Notre ambition est de devenir l’un des leaders français sur le marché des services informatiques avec 450 millions d’euros de chiffre d’affaires à l’horizon 2010 (187 millions d’euros en 2007, ndlr) et les opérations menées actuellement s’inscrivent dans cette stratégie », explique Guy Mamou-Mani, directeur général de Groupe Open. Une ambition qui doit passer par l’apport d’Open IT à Teamlog courant 2008 ainsi que par la conclusion de nouvelles acquisitions. « Suite au succès de la levée de fonds de 70 millions d’euros par une double émission d’OBSAAR en octobre dernier, nous avons consacré 20 millions d’euros au refinancement de la dette existante, alloué 30 millions d’euros à l’OPA sur Teamlog et le solde sera consacré à la croissance externe dans les services », confirme Guy Mamou-Mani.

Parallèlement, Groupe Open est à la recherche de solutions de financement externes pour son pôle distribution (sous-groupe Logix), le dirigeant écartant l’hypothèse d’une augmentation de capital. « Il s’agit d’une solution où le groupe n’aurait pas de fonds à rechercher mais nous permettrait de dégager une enveloppe supplémentaire pour le développement des services », explique Guy Mamou-Mani qui compte boucler l’opération au premier semestre 2008. Dans les services justement, le directeur général s’est montré confiant dans le maintien d’une croissance à deux chiffres en 2008 et de la rentabilité opérationnelle courante de Teamlog autour de 8 %. Il entend également poursuivre le redressement des marges d’Open IT amorcé en 2007. Un optimisme alimenté par des portefeuilles de commandes « bien remplis », la signature de nouveaux référencements (Natixis, Bouygues Telecom) et de contrats pluriannuels. « Les tensions sur le recrutement prouvent que la demande est robuste et que si crise il y a, elle n’est pas pour tout de suite », a-t-il conclu.

A lire aussi