Les fonds de fonds de private equity également victimes de la crise

le 19/12/2008 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le montant cumulé des véhicules levés sur les onze premiers mois de l’année atteignait 24,8 milliards de dollars, contre 55,3 milliards en 2007

Après des niveaux sans précédent en 2007, les levées de fonds dans le capital-investissement ont subi, notamment en fin d’année, les revers de la crise. Le segment des fonds de fonds a été l’un des plus touchés, selon la société de recherche Preqin. Alors que 138 véhicules avaient été levés en 2007 pour un montant cumulé de 55,3 milliards de dollars, les chiffres sur les onze premiers mois de l’année ont été réduits de moitié. A fin novembre 2008, soixante et onze fonds de fonds avaient été levés pour un montant global de 24,8 milliards de dollars. De manière encore plus marquée, les véhicules levés entre la faillite de la banque Lehman Brothers le 15 septembre et la fin novembre étaient au nombre de six et atteignaient 1,4 milliard de dollars. Soit un recul de 87,5% par rapport à la même période de 2007, où 31 fonds de fonds avaient été levés pour 11,2 milliards de dollars, selon Preqin.

Selon la société de recherche, «les conditions sont clairement très tendues pour les gestionnaires de fonds de fonds actuellement», mais cette chute des levées de fonds devrait n’être que temporaire, en raison des bonnes performances des fonds de fonds. Preqin souligne ainsi que les gestionnaires se révèlent brillants dans leur sélection, choisissant pour 61% d’entre eux des fonds du premier ou deuxième quartile, contre seulement 14% pour le dernier quartile. «Le marché est actuellement fermé, sauf pour les fonds de fonds, qui présentent moins de prises de risque», soulignait cette semaine à l’occasion d’un déjeuner de presse Pierre Hervé, secrétaire général de Natixis Private Equity.

Preqin anticipe un accroissement de la proportion des fonds ayant des stratégies de niche, telles que les situations difficiles et la mezzanine, ou encore des véhicules ciblés sur les marchés émergents. «Certains segments du private equity peuvent tirer profit du durcissement des conditions de crédit. Les fonds spécialisés dans la dette décotée et le financement mezzanine, qui injectent des capitaux entre la dette et les capitaux propres, devraient jouer un rôle prépondérant car les sociétés cherchent à équilibrer leurs bilans», renchérit l’équipe de recherche d’UBS. Selon cette dernière, «la diversification via les stratégies, les régions et les millésimes reste un élément crucial».

A lire aussi