La flexibilité sera de rigueur en 2009 pour les émetteurs souverains européens

le 31/12/2008 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

BNP Paribas juge nécessaire de maintenir les pratiques adoptées en 2008 comme les «mini-adjudications»

L'illiquidité persistante des marchés financiers va amener les pays européens à rendre en 2009 leur stratégie d’émissions de dette aussi flexible qu'elle l'a été en 2008. Prévoyant pour l'année à venir un bond de 54% des émissions nettes en Europe à 265 milliards (hors plans de relance et mesures), BNP Paribas estime que les pratiques adoptées par les Etats membres cette année apporteront, si elles sont de nouveau utilisées, une meilleure réponse aux besoins du marché et réduiront la pression sur les émissions victimes de squeeze (situation où les acheteurs ne trouvent aucun vendeur).

La banque cite ainsi dans une note le recours par les souverains à des «mini-adjudications» visant à profiter des conditions de marché favorables, la proposition de papiers off-the-run (de souches anciennes) au cours d’adjudications régulières d’émissions benchmark, le lancement de nouvelles obligations de référence ou encore des adjudications opportunistes (short notice). Ces pratiques devraient à terme aider au lissage des écarts de valorisation et améliorer la liquidité.

Du coup, BNP Paribas, qui voit l’Espagne devenir le deuxième plus grand émetteur net derrière l’Italie, avec 35 milliards d’émissions nettes en 2009, anticipe le lancement de trois nouveaux papiers espagnols benchmark sur les maturités de 3, 10 et 5 ans, dans l'ordre, en janvier, mars et au second semestre. L'établissement s'attend à un approvisionnement additionnel de 11,5 milliards d’euros du secteur 5-7 ans par rapport à 2008. Selon lui, la France devrait émettre de nouveaux BTAN d’échéances janvier 2014, juillet 2014 et septembre 2011 respectivement en janvier, juin, et septembre. L’Italie, dont les émissions nettes sont attendues stables à 47 milliards d'euros, pourrait créer deux lignes obligataires à 3 ans et deux autres à 5 ans. 

Alors que les lancements en Belgique et au Portugal de nouvelles dettes à 10 ans sont dans les tuyaux, 27% de l'offre en 2009 devrait se concentrer sur cette maturité, contre 31% en 2008. Les émissions à 2-3 ans et à 5 ans sont vues en hausse de 1,5%, leur poids étant estimé à 25% et 24%. Celles à 15 ans devraient reculer à 7% et le 30 ans maintenir son niveau à 6%. Les papiers «zéro coupon» ne représenteraient que 7% de l'offre. Quant au segment du 7 ans, il pourrait enregistrer un saut de ses émissions avec une part de 7% contre 4% en 2008.

A lire aussi