Les équipementiers vont participer au fonds automobile

le 16/12/2008 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Suite à la réunion tenue hier, l’Elysée a annoncé que le fonds serait opérationnel avant la fin du mois de janvier

Pas à pas, le plan de soutien au secteur automobile prend forme. Notamment concernant le fonds de 300 millions financé par Renault, PSA et le FSI. Il sera «opérationnel avant la fin du mois de janvier 2009», a indiqué l’Elysée. La semaine passée, une source proche de Bercy avait fait part de la volonté de l’Etat d’«élargir dès le départ le tour de table avec des équipementiers voire des constructeurs étrangers ayant des implantations en France». C’est notamment le cas de Toyota à Valenciennes et de Daimler en Alsace (Smart).

D’ores et déjà, d’après le communiqué de l’Elysée, les «grands équipementiers ont confirmé leur engagement de participer au fonds». Aucun montant n’a toutefois été avancé et alors qu’un porte-parole de Faurecia n’était pas en mesure de confirmer cette annonce, Valeo n’avait hier soir pas retourné l’appel de L’Agefi. «Je ne pense pas que la contribution supplémentaire puisse arriver en cumulé aux 100 millions mis par chaque constructeur. Peut-être y aura-t-il 50 millions de plus», avance pour sa part une source industrielle.

Sur la question des organes de décision du fonds, que le communiqué de l’Elysée n’aborde pas, Bercy ne semble pas prêt à céder aux demandes du Comité de liaison des fournisseurs de l’automobile qui voudrait que la filière participe aux orientations stratégiques. L’Etat semble plutôt privilégier un scénario selon lequel seuls les contributeurs au fonds auront un pouvoir de décision, même si la filière sera consultée.

Quant à l’épineux problème du périmètre du fonds, ces mêmes sources laissent entendre que le champ d’intervention devrait être assez large. Autrement dit, des groupes n’intervenant qu’en partie dans l’automobile seraient éligibles à une aide. Certains avancent même que Mecachrome (automobile, aviation) pourrait être l’un des premiers dossiers sur la table.

Enfin, l’autre grand volet du plan sectoriel concerne la partie crédit automobile. Sur le milliard d’euros de financement promis aux filiales de crédit des constructeurs (avec une rémunération de 3,74%), 779 millions d’euros ont déjà été versés, a précisé hier l’Elysée. «Ces financements seront complétés à mesure des besoins, notamment en élargissant la gamme des actifs admis à titre de collatéral», indique le communiqué. Le complément sera apporté d’ici à la fin du mois de janvier.

A lire aussi