Dynamiques mutuelles

le 03/03/2008 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

L’activité de banque de détail en France serait-elle promise au seul secteur mutualiste ? Au fil des années, le poids relatif de la banque strictement privée dans ce métier n’a cessé de décliner au profit du secteur mutualiste, sans parler du réseau public de La Banque Postale. L’acquisition du réseau régional de HSBC France par le groupe Banque Populaire ne fait que confirmer le phénomène.

En soi, les Banques Populaires réalisent une excellente affaire. Le prix est, certes, élevé au regard des multiples actuels dans la banque. Mais les multiples de résultat consentis, supérieurs à 20, et de fonds propres, de 3,7, se comprennent mieux si l’on parle de banque de détail, mieux valorisée que la banque d’affaires, et que l’on regarde les multiples payés récemment en Europe pour des réseaux du même genre. De surcroît, la complémentarité entre le réseau racheté et celui des Banques Populaires en Province est parfaite et les synergies potentielles élevées.

Dès lors, la surprise vient moins de ce que les banques Populaires aient accepté de payer un tel prix mais qu’une banque privée ait refusé de surenchérir.

S’agissant de Société Générale, en pleine augmentation de capital, on peut le comprendre. Mais s’agissant de BNP Paribas, pour laquelle l’acquisition était très sensée et qui doit grandir en banque de détail en France, c’est moins évident. Aurait-elle tout simplement craint de surpayer ou d’autres idées d’acquisitions en tête ?

A lire aussi