La détérioration des marchés de crédit est guidée par des éléments techniques

le 12/02/2008 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La modification des méthodologies de notation des CDO ou CPDO fait craindre un débouclement de ces produits structurés

La forte activité à l’émission des dérivés de crédit a soutenu le marché de crédit de 2004 jusqu’au premier semestre 2007. Désormais, ce sont les mêmes produits structurés qui suscitent la crainte des investisseurs. En effet, les marchés de crédits ont continué de faiblir sur des rumeurs de débouclements de structures tels les CDO (collateralized debt obligations) ou autres CPDO (constant proportion debt obligations) suite à la redéfinition du processus de notation des produits structurés par les agences. Ainsi, les indices crédits qui se sont fortement détériorés en fin de semaine dernière ont continué de s’élargir hier. L’iTraxx Europe s’affichait à 97,9 points de base (pb) et le Crossover s’est inscrit à 541,3 pb. Aux Etats-Unis, l’US investment grade credit derivative index s’est affaibli de plus de 4 % à environ 130 pb.

Ces produits structurés sont composés de CDS (credit default swaps) créant une assurance contre le risque de défaut. Or, actuellement le montant d’exposition garanti par des banques ou des fonds d’investissement spéculatifs à des CDS s’élève à 45.000 milliards de dollars. Ainsi, les investisseurs craignent le risque systémique si cette assurance se révélait insolvable. Des produits de crédits à levier ont déjà été dénoués de force, à l'image d'un CPDO structuré par UBS et qui s'est débouclé au mois de novembre dernier au prix d’une perte de 90 % pour les investisseurs. Le CPDO en question avait été dégradé de neuf crans par Moody’s, de Ba2 à C. Or, selon Standard & Poor’s (S&P), désormais 80 CDO pour un montant de 97 milliards de dollars ont subi un événement de défaut (event of default). S&P a rétrogradé 63 notes de 10 transactions de CDO d’ABS (asset backed securities) aux Etats-Unis suite au changement de méthodologie de sa procédure de notation.

Et FitchRatings prévoit toujours de dégrader en moyenne de 5 crans les CDO AAA synthétiques suite à une révision de sa méthodologie. 2.510 tranches concernant 610 transactions sont actuellement sous surveillance avec implication négative. Ainsi, même en absence de données fondamentales, le marché de crédit pourrait continuer de se dégrader au cours des prochains mois. D’autant que l’univers des prêts à effet de levier suscite également l’inquiétude des investisseurs (lire page 3).

A lire aussi