La consolidation se poursuivra dans les médias mais à un rythme plus modeste

le 15/02/2008 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

En 2008, les deals devraient être aussi nombreux qu’en 2007 mais les volumes des transactions pourraient baisser de 20 %

La quasi-absence de groupe de médias de notre bilan hebdomadaire des fusions-acquisitions (réalisé avec Mergermarket) est-elle le signe que ce secteur plutôt actif en 2007 a amorcé un tournant ? Après les 50 milliards d’euros atteints en 2007 via 178 deals (un millésime record depuis 2000), le secteur en Europe a surtout « atteint un plateau », répond dans une étude PricewaterhouseCoopers (PwC).

D’une manière générale, « 2008 devrait voir de nouvelles acquisitions et d’importants changements dans les modèles économiques et les stratégies pour permettre aux médias traditionnels de rivaliser avec efficacité dans le nouveau monde digital », expliquent les auteurs du document. Tel est par exemple le cas pour les diffuseurs de contenus télévisés. Leur mouvement de mutation vers le tout numérique (déjà avancé en Allemagne et Scandinavie) est appelé à continuer à travers l’Europe de 2008 à 2015. La poursuite de la concentration semble aussi probable dans les journaux locaux et régionaux.

Côté agences, Publicis a également donné le ton hier lors de ses résultats. Déjà coutumier des rachats ciblés à l’image de la reprise de l’américain Act Now fin janvier, le groupe a réaffirmé qu’il continuerait cette année à regarder les opportunités qui se présenteront.

Ainsi, PwC ne prévoit pas véritablement de ralentissement du nombre de transactions dans les médias. Il en attend 175 en 2008 en Europe. Seul changement par rapport à 2007, l’accès au crédit étant devenu plus difficile, les opérations risquent d’être de tailles un peu plus modestes. Particulièrement pour les deals de private equity, « dans l’attente de la réouverture du marché aux grandes opérations ». Conséquence : en dépit d’un maintien du nombre d’opérations, les volumes devraient se tasser cette année. PwC les anticipe autour de 40 milliards d’euros.

Le cabinet ne ferme pas pour autant la porte aux transactions géantes. Chaque année, « il y a toujours au moins un méga-deal qui prend le marché par surprise et 2008 ne fera probablement pas exception à la règle », remarque-t-il. Difficile bien entendu de donner des noms à l’avance. En revanche, dans un segment inférieur, un nom circule. « TradeDoubler, le groupe suédois de publicité en ligne, est toujours vu comme une cible après le rejet en 2007 de l’offre de Time Warner de 775,5 millions de dollars », avance mergermarket.

A lire aussi