Les comptes de SGAM teintés de rouge au dernier trimestre 2007

le 25/01/2008 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le gestionnaire d’actifs accusera un déficit de l’ordre de 20 millions d’euros pour avoir assuré la liquidité de ses fonds monétaires dynamiques

Les activités de banque de financement et d’investissement ne sont pas les seules à rencontrer des difficultés au sein de la Société Générale. Dans le sillage de la crise des marchés hypothécaires à risque (subprime), Société Générale Asset Management (SGAM), filiale de gestion d’actifs de la banque française, devrait en effet accuser un déficit de l’ordre de 20 millions d’euros au titre du dernier trimestre de l’année 2007. « Il s’agit d’un ordre de grandeur, les comptes étant en train d’être arrêtés pour une publication prévue le 21 février. Ce déficit a été engendré par le fait que nous avons décidé d’assurer la liquidité de nos fonds monétaires dynamiques. Le marché a en effet beaucoup décollecté, bien qu’il n’y ait aucun élément subprime dans ces véhicules. L’ensemble du secteur a subi cette suréaction », explique à L’Agefi Alain Clot, président de SGAM. Alors que les encours de SGAM sur les fonds monétaires dynamiques avoisinaient les 30 milliards d’euros en juin dernier, avant la crise, ils n’atteignaient plus que quelque 10 milliards d’euros à fin 2007.

« Nous avons assuré la liquidité par nous-mêmes pour des raisons commerciales. Le monétaire dynamique ne constitue pas, en effet, un enjeu de notre rentabilité structurelle, puisqu’il représente moins de 1 % de nos revenus », souligne Alain Clot. La majorité des fonds monétaires dynamiques de SGAM, sur lesquels a été passée une dépréciation de 200 millions d’euros au quatrième trimestre, ont été valorisés en mark to market (valorisation en fonction des prix de marché) et les plus affectés en mark to model.

Dans le cadre de sa communication sur la fraude exceptionnelle enregistrée dans ses activités de marché, la Société Générale a réalisé jeudi un point sur l’ensemble de ses pôles au cours de l’année passée. « La contribution de SGAM au résultat net part du groupe devrait être plus faible en 2007 », a indiqué dans ce contexte la banque française. Le résultat annuel de SGAM devrait avoisiner les 150 millions d’euros.

« L’année 2007 aurait été une bonne année si l’on exclut la classe des monétaires dynamiques. L’exercice 2008 débute favorablement, en dépit d’un univers incertain et d’un attentisme marqué. Les sorties sur le monétaire dynamique se sont interrompues, et l’on constate même un certain nombre de rentrées », relève Alain Clot.

A lire aussi