Commerzbank se met à son tour sur les rangs pour racheter Postbank

le 15/02/2008 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Encouragée par un résultat net de 1,9 milliard d’euros en 2007, la deuxième banque allemande veut poursuivre sa croissance externe

Pour le patron de Commerzbank, la banque postale allemande est une « marque précieuse dont l'achat peut nous intéresser ». Et Klaus-Peter Müller d’estimer que son établissement a apporté la preuve l’an dernier de son savoir-faire dans la banque de détail, en gagnant quelque 400.000 clients nouveaux. Commerzbank compte actuellement 5,5 millions de clients particuliers en Allemagne et quelque deux millions en Pologne à travers sa filiale BRE-Bank.

Dans la course à la prise de contrôle de Postbank, forte de 15 millions de clients, Commerzbank se heurtera à la concurrence du numéro un Deutsche Bank. En attendant, la deuxième banque allemande a annoncé hier une progression de son résultat net de 20 % l’an dernier à 1,9 milliard d’euros, malgré des dépréciations de 800 millions d’euros sur son engagement dans les crédits immobiliers. La crise s’est notamment manifestée au quatrième trimestre dont le bénéfice net a chuté de 44 % à 201 millions d’euros.

« Nous avons tenu promesse et atteint, voire dépassé nos objectifs en dépit de défis colossaux », a déclaré le patron, ajoutant que la banque prévoyait de relever d'un tiers son dividende à un euro par action. Pour l’année en cours la banque n’exclut pas d’autres effets négatifs de la crise sur le marché des crédits, mais de dimensions moins importantes. Klaus-Peter Müller s’est dit confiant pour 2008, tout en affichant une certaine prudence. « Si des mauvaises surprises de taille nous sont épargnées, nous serons de nouveau en mesure d'égaler les bons résultats de 2007 », a-t-il estimé. Toutefois la banque prévoit de relever ses provisions pour risques à 700 millions d’euros contre 479 millions l’an dernier.

L’espoir de Klaus-Peter Müller repose sur les activités soutenues dans le financement des PME où la banque a dégagé l’an dernier un résultat d’exploitation de 1,2 milliard d’euros. « La conjoncture allemande va certainement ralentir et 2008 ne sera pas facile mais les entreprises nous signalent leur volonté d’investir », a déclaré celui qui cédera en mai prochain ses fonctions à Martin Blessing, l’actuel dirigeant du segment des entreprises. Selon les analystes, le recentrage de Commerzbank sur l’Allemagne a fait la preuve de sa viabilité, même en temps de crise. Reste que son intérêt pour Postbank a fait reculer son cours en Bourse hier, après l’apparition de doutes sur ses capacités de financement.

A lire aussi