Cadbury achève son désengagement des boissons

le 29/12/2008 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le groupe britannique va céder Schweppes Beverages Australia au brasseur japonais Asahi pour 550 millions de livres

Cinq mois après avoir annoncé son intention de céder ses activités boissons en Australie, Cadbury vient de conclure un accord de principe avec Asahi. Le brasseur japonais emportera Schweppes Beverages Australia pour environ 550 millions de livres (579 millions d’euros). «Ils ont réalisé un prix de sortie très honnête», estime Dresdner Kleinwort. En juillet, les analystes misaient sur un prix de cession autour de 600 millions de livres, se basant sur une valorisation de deux fois les ventes. Mais mi-décembre, Credit Suisse n’espérait plus que sur 400 millions de livres. En 2007, cette activité a dégagé 313 millions de livres de chiffres d’affaires, soit 4% des ventes globales du groupe, et 33 millions d’excédent brut d’exploitation (Ebitda), pour 279 millions d’actifs bruts. 

L’accord reste conditionné au feu vert des autorités de régulation ainsi qu’au «droit de négociation» octroyé en 1999 à Coca-Cola, précise Cadbury. Selon cette disposition, Coca-Cola peut négocier jusqu’en mars 2009 l’acquisition de Schweppes Australia. Le groupe britannique assure qu’il regardera «soigneusement» une telle offre si elle se présentait. En son absence, Cadbury compte finaliser la vente à Asahi avant le 30 avril 2009. Cadbury est conseillé par UBS, et Asahi par Rothschild et Nomura.

Le produit de la vente servira à rembourser une obligation de 600 millions d’euros à maturité juin 2009. Par ailleurs, Cadbury assure ne pas avoir d’autres importantes échéances obligataires avant 2013.

Avec cette opération et après la mise en Bourse en mai dernier à New York de ses boissons nord-américaines (Dr Pepper Snapple), Cadbury aura achevé son désengagement des boissons, se recentrant sur le chocolat (Poulain,…), le chewing-gum (Hollywood, …) et la confiserie (Carambar, Kréma,…). 

Le 16 décembre dernier, Cadbury avouait constater un ralentissement de la croissance de ses ventes, avec une hausse d’environ 5% de son chiffre d’affaires, à périmètre comparable, au quatrième trimestre en Amérique du Nord, contre 10% ces dernières années. Le confiseur britannique a réaffirmé ses objectifs de croissance de 4% à 6% de son chiffre d’affaires 2008 et d’amélioration de ses marges.

A lire aussi