Les Bourses encaissent le risque de récession

le 06/02/2008 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Ces mauvais chiffres succèdent, outre-Atlantique, à la publication lundi soir de la Loan Survey de la Fed, qui témoignait d’un resserrement des conditions de crédit d’une ampleur jamais vue depuis la création de l’enquête. De quoi expliquer rétrospectivement les deux baisses de taux de 75 et 50 points de base auxquelles a procédé la Réserve fédérale les 22 et 30 janvier dernier, l’institution monétaire ayant déjà en main certains de ces éléments. Les marchés obligataires, il est vrai très volatils, parient sur une poursuite du mouvement, la courbe des taux américaine sur la partie 2 ans-10 ans s’étant déplacée hier d’environ 11 points de base à la baisse après la publication de l’ISM.

L’accélération du ralentissement perceptible depuis des mois en zone euro avive davantage les pressions sur la Banque centrale européenne (BCE), qui, à l’inverse de sa consœur américaine, campe sur un statu quo à 4 %. « Les taux doivent être ramenés à 3 % cette année pour empêcher la maladie de toucher plus profondément l’économie européenne, affirme David Brown, chef économiste Europe de Bear Stearns. L’inflation n’est pas la clé ici. Il faut se rappeler que la BCE a commencé à baisser ses taux en 2001 quand l’inflation dans l’eurozone était de 3,1 % ; la conséquence d’un si long délai à l’époque a été deux récessions consécutives en Allemagne. »

Mais le débat monétaire met aussi en lumière la dépendance des marchés actions à la drogue des baisses de taux. La forte correction des Bourses américaines et européennes, hier, laisse entendre qu’elles n’ont pas encore complètement pris en compte le risque de récession aux Etats-Unis et en Europe, même si elles ont parcouru une grande partie du chemin avec le repli de janvier. « Le marché action européen intègre aujourd’hui 80 à 90 % de la détérioration des profits qui surviendrait lors d’une récession », indiquait la recherche actions de Deutsche Bank le 25 janvier, au terme d'une semaine difficile.

A lire aussi