La Banque d'Angleterre soutient le marché mais reste en alerte sur l'inflation

le 08/02/2008 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La BoE a baissé ses taux de 25 pb hier, une décision qu'elle juge de nature à équilibrer les risques haussiers et baissiers à moyen terme

Après son premier geste d’assouplissement monétaire en décembre, la Banque d’Angleterre (BoE) a opté hier pour une réduction similaire de 25 points de base (pb) de son taux directeur, le portant ainsi à 5,25 %. Dans son communiqué de presse, l’autorité monétaire dresse le contexte qu’il l’a amenée à opter pour un nouveau geste de soutien. « Au Royaume-Uni, les conditions de crédit pour les ménages et les affaires économiques se sont durcies, la croissance des dépenses de consommation semble s’être modérée ». Pour autant, la BoE fait remarquer que la chute drastique de la livre œuvrera probablement à un réquilibrage de la demande totale alors que la croissance de la production s’est modérée autour de sa moyenne historique. D'ailleurs, les dernières enquêtes économiques ont suggéré une poursuite du ralentissement en cours. Mais ce contexte court terme atténue les risques inflationnistes.

La BoE estime cependant que les prix plus élevés de l’énergie et des prix alimentaires devrait continuer de soutenir significativement l’inflation ces prochains mois. Aux yeux de la banque centrale britannique, la baisse des taux était nécessaire pour équilibrer ces forces et remplir son objectif d’inflation CPI à moyen terme fixé à 2 %. En décembre, elle s'élevait  à 2,1%. 

« La détérioration des perspectives de la croissance mondiale et domestique, suite à la crise du crédit, pose un risque que l’inflation puisse décliner en dessous de l’objectif moyen terme. Mais de l’autre côté, la perspective d’un saut temporaire de l’inflation sous jacente à court terme, avec des anticipations de taux élevés et une dépréciation substantielle de la livre, met en évidence les risques haussier sur l’inflation », précise Lehman Brothers. Pour ING, l'évolution de l'inflation n'empêchera pas la BoE de réduire ses taux d'une manière mesurée et opportune. La banque parie sur une baisse de 25 pb par trimestre cette année et vise des taux britanniques à 4,50 % à la fin 2008. 

Pour la suite, la BoE ajoute dans son communiqué qu’elle a besoin de confronter « le risque qu’un net ralentissement économique tire l’inflation sous son objectif moyen terme » au « risque d’anticipations d’inflation élevées gardant celle-ci au-dessus de la cible ». Son rapport d’inflation sera publié le 13 février et inclura ses prévisions de croissance. Les minutes le seront le 20 février.

A lire aussi